1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

En Syrie, une alliance arabo-kurde a lancé sa "bataille finale" contre l'EI
AFP09/02/2019 à 19:55

Des combattants des Forces démocratiques syriennes (FDS), dans le village de Baghouz, dans la province syrienne de Deir Ezzor, près de la frontière avec l'Irak, le 2 février 2019 ( AFP / DELIL SOULEIMAN )

Après cinq mois de combat contre le groupe Etat islamique (EI) dans l'est de la Syrie, la force arabo-kurde soutenue par Washington a annoncé samedi avoir lancé son offensive "finale" contre l'ultime réduit jihadiste.

Après une montée en puissance fulgurante en 2014 et la conquête de vastes régions en Syrie et en Irak, les jihadistes de l'EI ont vu leur territoire se réduire comme peau de chagrin face à de multiples offensives.

Ils ne tiennent plus qu'un ultime réduit de quelques kilomètres carrés dans l'est syrien, tout près de la frontière irakienne.

Soutenue par une coalition internationale emmenée par Washington, les Forces démocratiques syriennes (FDS) ont annoncé samedi avoir lancé la "bataille finale" pour "éliminer" ce qui reste de l'EI dans l'est syrien.

"La bataille a commencé", a indiqué à l'AFP un porte-parole des FDS, Mustefa Bali. "Entre 500 et 600 terroristes" se trouveraient encore dans le réduit jihadiste, a-t-il précisé, se basant sur des témoignages de personnes ayant fui le secteur.

Plusieurs centaines de civils y seraient également présents, a-t-il ajouté, estimant que "la bataille sera terminée dans les jours à venir".

Des Syriens marchent dans le camp de déplacés d'Al-Hol, dans la province de Hassaké, dans le nord de la Syrie, le 6 février 2019 ( AFP / FADEL SENNA )

"Les terroristes sont principalement des étrangers. Ces deux derniers mois, la plupart de ceux qui se sont rendus ou qui ont été arrêtés étaient des étrangers", a-t-il ajouté.

- Victoire imminente ? -

Jeudi, la coalition avait affirmé que le secteur encore tenu par l'EI ne représentait plus que moins de 1% de son "califat" autoproclamé, qui couvrait autrefois une superficie semblable à la Grande-Bretagne.

La veille, le président américain Donald Trump avait pronostiqué une victoire imminente contre l'EI.

"L'annonce formelle que nous avons repris 100% du califat devrait intervenir la semaine prochaine", a-t-il dit. Pour autant, les jihadistes qui restent "ont encore de petites poches", a-t-il ajouté.

Evoquant déjà en décembre une défaite de l'EI, M. Trump avait annoncé le retrait à venir des quelque 2.000 soldats américains de Syrie.

Malgré les revers, le groupe ultraradical, responsable de multiples exactions et accusé de crimes contre l'Humanité, parvient toujours à mener des attentats meurtriers dont des attaques suicide. Il a également revendiqué des attaques à l'étranger, notamment en Occident.

Les quelques kilomètres carrés encore tenus par les jihadistes se trouvent dans la province de Deir Ezzor, dans un secteur allant du village de Baghouz à la frontière irakienne.

Ces derniers jours, la progression au sol des FDS avait été stoppée, les combattants des FDS sur le terrain assurant que les jihadistes utilisaient des civils comme boucliers humains.

Des civils ayant fui les combats contre le groupe Etat islamique (EI) dans son ultime réduit de Syrie, et derrière eux un combattant des Forces démocratiques syriennes (SDF), près du village de Baghouz, le 3 février 2019 ( AFP/Archives / Delil souleiman )

Samedi, en annonçant sur leur site Internet "la bataille finale" contre l'EI, les FDS ont expliqué que "plus de 20.000 civils" avaient été évacués" ces dix derniers jours.

Sur le terrain, les grands combats ne semblent pas avoir encore commencé.

Samedi soir, un porte-parole des FDS présent à la base militaire d'Al-Omar, près du théâtre des opérations, a assuré que "la progression se fait lentement".

"Quand il y a des mouvements de jihadistes, on frappe" à l'artillerie, a-t-il expliqué. "Il n'y a pas de grands changements".

- Jihadistes étrangers -

Avec le soutien de la coalition internationale, les FDS avaient lancé en septembre leur offensive contre cet ultime réduit de l'EI, prenant les unes après les autres les localités tenues par les jihadistes.

Depuis septembre, plus de 1.200 jihadistes ont été tués dans les affrontements, contre plus de 670 combattants des FDS, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH). Plus de 400 civils, dont 144 enfants, ont péri dans les violences, selon l'Observatoire.

Photo prise le 9 février 2019 à Qamichili, dans le nord-est de la Syrie, montrant les funérailles d'une combattante de la milice kurde des Unités de protection du peuple (YPG), tuée dans les combats avec le groupe jihadiste Etat islamique (EI) ( AFP / Delil souleiman )

Samedi à Qamichli, ville à majorité kurde du nord-est, des dizaines de personnes ont assisté aux funérailles d'une combattante de la milice kurde des Unités de protection de la femme (YPJ, qui fait partie des FDS), tuée dans les combats avec l'EI. Parmi elles de nombreuses membres des YPJ en uniformes, armées de fusils.

Plus de 37.000 personnes ont par ailleurs fui le réduit de l'EI depuis décembre, principalement des familles de l'EI mais aussi environ 3.400 jihadistes, selon l'OSDH.

Désormais, des centaines d'étrangers, dont femmes et enfants, se trouvent aux mains des FDS, qui réclament leur rapatriement vers leurs pays d'origine.

Après avoir perdu la quasi-totalité du secteur de Baghouz, l'EI n'a plus que des combattants dispersés dans le vaste désert qui s'étend du centre du pays à la province de Deir Ezzor.

Là, les jihadistes ne contrôlent aucun regroupement urbain et des affrontements sporadiques les opposent parfois aux forces du régime.

Déclenché en mars 2011 avec la répression de manifestations prodémocratie, le conflit en Syrie a fait plus de 360.000 morts et s'est complexifié avec l'implication de puissances étrangères et de groupes jihadistes.

Après avoir enchaîné les victoires face aux rebelles et jihadistes, le régime de Bachar al-Assad contrôle aujourd'hui près des deux-tiers du pays, grâce au soutien militaire de ses alliés, la Russie, l'Iran et le Hezbollah libanais.

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • franck8
    09 février19:29

    Il leur faut trouver Baghdadi.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer