1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

En route vers le sommet de l'ONU, Macron planche sur l'Iran
Le Parisien23/09/2019 à 00:09

En route vers le sommet de l'ONU, Macron planche sur l'Iran

Lorsqu'il embarque à bord de l'Airbus de la République française, ce dimanche 22 septembre dans l'après-midi, Emmanuel Macron porte encore ses vêtements de président en week-end. Blouson de cuir sombre, jean foncé, presque décontracté.Il salue un à un les passagers qui l'attendent, un mot aimable pour tous, son épouse dans son sillage. Le nouveau chef du protocole, Philippe Franc, la photographe officielle de l'Elysée, Soazig de la Moissonnière, ses collaborateurs.Des ministres sont là aussi, dans une « zone VIP » : Annick Girardin (Outre-Mer), Jean-Baptiste Lemoyne (secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères), et Marlène Schiappa (Egalité entre les femmes et les hommes) qui pianote des messages à toute vitesse avant le décollage. Direction les Etats-Unis, pour l'Assemblée générale des Nations unies à New York.Une fois à 10 000 m du sol, au-dessus de l'Atlantique, un « briefing préparatoire » se tient dans la salle de réunion. Autour d'une table ovale claire, l'amiral Bernard Rogel, le chef d'état-major particulier du président, son « sherpa » - chef de la cellule diplomatique - Emmanuel Bonne et les plus proches collaborateurs.Le spectre d'un conflitIls sont concentrés, les enjeux de cette échéance sont lourds de conséquences pour la sécurité dans le monde. Le spectre d'un conflit globalisé rôde. Le chef de l'Etat fait le tour des grands tête-à-tête qui s'annoncent avec les protagonistes de cette crise. L'Américain Donald Trump, l'Iranien Hassan Rohani... «Les deux protagonistes seront là, quelque chose peut se passer », estime le Président. Cette rentrée diplomatique n'est pas tout à fait comme les autres. Elle aurait pu être le moment d'une spectaculaire désescalade entre les Etats-Unis et l'Iran amorcée un mois plus tôt, au G7 de Biarritz (Pyrénées-Atlantiques) par Emmanuel Macron, dans le rôle-titre du médiateur. Il se murmurait même que dans le cadre de la ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • qleraz
    23 septembre07:25

    Le cabot emmène Brigitte en WE à New-York à nos frais. Le coquelet n'allait pas rater l'occasion d'aller parader à la tribune de l'ONU ... Il n'arrive pas à régler les problèmes internes de la France mais il va se pavaner à l'ONU. Qd il rentrera il pourra peut-être tenter d'annuler toutes les mauvaises décisions qu'il a prises et qui ont conduites à mettre les GJ dans la rue. Cela devrait l'occuper jusqu'aux prochaines présidentielles....

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer