1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

En Israël, les « contrôles politiques » d'opposants se multiplient aux frontières
Le Point19/08/2018 à 17:55

File d'attente avant le contrôle des passeports des passagers arrivant à l'aéroport Ben Gourion près de Tel-Aviv.   (crédit : )

Le 12 août dernier, Peter Beinart, une personnalité juive américaine de premier plan, arrive en Israël, accompagné de ses enfants et de son épouse, pour participer à une fête familiale. À leur descente d'avion à l'aéroport Ben Gourion, ils passent le contrôle des passeports. Pas de problème pour sa femme et ses enfants. En revanche, pour lui, cela se complique. On lui demande d'attendre. Un agent de sécurité arrive et le conduit dans une pièce adjacente. Là, il subit un interrogatoire d'une heure. Visiblement son interlocuteur est un représentant du Shin Beth, le service de Sécurité intérieure. Selon le récit qu'il en fera à Forward, magazine juif libéral américain, les questions concernent ses écrits et activités politiques. « L'interrogatoire s'est terminé lorsque l'agent de sécurité m'a demandé si j'avais l'intention de participer à d'autres manifestations. Non, ai-je répondu. Après cela, j'ai été renvoyé dans la salle de détention. »

Ce professeur américain de journalisme décide alors d'appeler une avocate israélienne, Gaby Lasky, spécialisée dans les droits humains. Quelques minutes plus tard, il est libéré et autorisé à rejoindre son épouse et ses enfants qui l'attendaient. Mais, une fois révélée, l'affaire fait scandale. La présidence du Conseil à Jérusalem se fend d'un communiqué dans lequel la détention et l'interrogatoire de Beinart sont qualifiés « d'erreur administrative ». Fait...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer