Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
Plus de 40 000 produits accessibles à 0€ de frais de courtage
Découvrir Boursomarkets

En Israël, le chef du Pentagone s'inquiète des violences de colons juifs
information fournie par AFP10/03/2023 à 11:28

Le secrétaire à la Défense américain Lloyd Austin, le 9 mars 2023 à Tel-Aviv ( AFP / GIL COHEN-MAGEN )

Le secrétaire à la Défense américain Lloyd Austin, le 9 mars 2023 à Tel-Aviv ( AFP / GIL COHEN-MAGEN )

Le chef du Pentagone a dit jeudi à Tel-Aviv son inquiétude face à de récentes exactions de colons juifs en Cisjordanie et a plaidé pour une "désescalade" sur fond de montée inexorable des violences entre Israéliens et Palestiniens.

"Nous sommes particulièrement préoccupés par la violence de colons [juifs] contre des Palestiniens", a déclaré le ministre de la Défense américain Lloyd Austin au cours d'une brève visite à Tel-Aviv, dans une allusion aux exactions de colons ayant incendié fin février des dizaines de bâtiments et voitures dans le nord de la Cisjordanie après le meurtre de deux des leurs par un membre du mouvement islamiste Hamas.

Tout en réaffirmant le soutien "indéfectible" des Etats-Unis à la sécurité d'Israël, M. Austin a plaidé pour une "désescalade" alors que le conflit israélo-palestinien connaît un regain marqué de violence depuis l'entrée en fonctions fin décembre d'un des gouvernements les plus à droite de l'histoire d'Israël, sous la conduite du Premier ministre Benjamin Netanyahu.

La journée de jeudi a ainsi commencé avec la mort de trois Palestiniens armés, parmi lesquels deux membres du Jihad islamique, tués au petit matin dans un raid militaire israélien dans le nord de la Cisjordanie, territoire occupé par Israël depuis 1967.

Elle s'est achevée avec la mort d'un membre de la branche armée du Hamas, autre mouvement islamiste palestinien, abattu dans la soirée après avoir blessé par balles trois personnes dans un café de Tel-Aviv.

Washington a "fermement condamné" l'attaque, souhaitant "un rétablissement complet et rapide aux blessés" et réitérant son "soutien indéfectible à la sécurité d'Israël", selon un tweet du porte-parole de la diplomatie américaine Ned Price.

Depuis le début de l'année, le conflit israélo-palestinien a coûté la vie à 76 Palestiniens (parmi lesquels des membres de groupes armés et des civils, dont des mineurs), 12 civils (dont trois mineurs) et un policier israéliens, ainsi qu'une Ukrainienne, selon un décompte de l'AFP réalisé à partir de sources officielles israéliennes et palestiniennes.

- "Consensus" -

Les Etats-Unis restent "fermement opposés à tout acte susceptible de provoquer plus d'insécurité, ce qui comprend l'expansion de la colonisation" juive en Cisjordanie, a déclaré M. Austin après une rencontre avec son homologue israélien Yoav Gallant.

Funérailles de trois Palestiniens tués par les forces israéliennes à Jaba, en Cisjordanie, le 9 mars 2023 ( AFP / ZAIN JAAFAR )

Funérailles de trois Palestiniens tués par les forces israéliennes à Jaba, en Cisjordanie, le 9 mars 2023 ( AFP / ZAIN JAAFAR )

A son hôte, qui affirmait une nouvelle fois la détermination d'Israël à "prendre toutes les mesures nécessaires pour empêcher l'Iran d'obtenir l'arme nucléaire", M. Austin a rappelé la position du gouvernement du président Joe Biden selon laquelle "la diplomatie est le meilleur moyen d'empêcher l'Iran" d'y arriver, mais Washington "n'autorisera jamais l'Iran à se doter" de la bombe atomique.

M. Austin, dont la visite a dû être écourtée à cause de manifestations contre le projet de réforme de la justice qui divise le pays depuis plus de deux mois, s'est aussi permis une mise en garde, déjà formulée par M. Biden, sur ce projet, en rappelant l'importance, en démocratie, d'une "justice indépendante" et la nécessité d'un "consensus" avant "tout changement fondamental".

Manifestations contre le projet de loi du gouvernement sur la réforme judiciaire à Tel Aviv, le 9 mars 2023 ( AFP / JACK GUEZ )

Manifestations contre le projet de loi du gouvernement sur la réforme judiciaire à Tel Aviv, le 9 mars 2023 ( AFP / JACK GUEZ )

Jeudi avait été déclaré en Israël "journée nationale de résistance contre la dictature" par les opposants à la réforme, et ceux-ci ont une nouvelle fois montré leur mobilisation.

A la mi-journée, plus de 65.000 personnes ont manifesté dans l'ensemble du pays selon une estimation de la chaîne de télévision 13 (privée), témoignant d'une forte participation à l'échelle de la population israélienne.

Les protestataires ont notamment bloqué plusieurs heures aux cris de "Démocratie !" et "Liberté !" l'accès à l'aéroport international Ben-Gourion, où les passagers voulant accéder aux aérogares ou en sortir ont été contraints de le faire à pied.

- "Projet commun" -

Des milliers de personnes arborant le drapeau israélien ont manifesté à plusieurs endroits à Tel-Aviv, bloquant notamment la principale autoroute urbaine.

Des centaines de rassemblements ont eu lieu dans le pays du matin jusqu'au soir, selon des images des télévisions israéliennes.

Manifestation à Tel-Aviv contre la réforme judiciaire en Israël, le 9 mars 2023 ( AFP / JACK GUEZ )

Manifestation à Tel-Aviv contre la réforme judiciaire en Israël, le 9 mars 2023 ( AFP / JACK GUEZ )

La coalition soutenant M. Netanyahu tente de faire passer une législation qui lui donnerait de fait le pouvoir de nommer les juges et limiterait considérablement les prérogatives de la Cour suprême, notamment dans sa capacité à invalider des lois.

Depuis l'annonce du texte début janvier, des manifestations massives ont eu lieu dans le pays.

Selon ses détracteurs, le texte menace le caractère démocratique de l'Etat d'Israël. Le gouvernement affirme lui que la réforme est nécessaire pour rétablir un rapport de force équilibré entre les élus et une justice "indépendante", mais pas "omnipotente", selon les mots de M. Netanyahu, qui accuse la Cour suprême d'être politisée.

Le président israélien Isaac Herzog, qui joue un rôle essentiellement protocolaire, a appelé jeudi soir à stopper la réforme en cour immédiatement, estimant qu'elle était une "menace pour les fondements de la démocratie". Engagé dans une médiation entre la majorité et l'opposition, il a appelé les deux camps à s'entendre sur un "projet commun".

8 commentaires

  • 10 mars16:15

    Encore des spécialistes du conflit sur Boursorama également... C est qd même extraordinaire qu avec tous ces gens qui connaissent tout du sujet qu il n y ait toujours pas de solution...Et sois dit en passant, surtout ne rien dire sur l attentat qu il y a eu hier à Tel Aviv !