Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Actualités

PUBLIC POWER

2.11EUR
-0.38% 
Ouverture théorique 0.00

GRS434003000 PU8

Stuttgart données temps différé
Politique d'exécution
  • ouverture

    2.14

  • clôture veille

    2.12

  • + haut

    2.14

  • + bas

    2.11

  • volume

    0

  • valorisation

    490 MEUR

  • capital échangé

    0.00%

  • dernier échange

    22.05.18 / 21:46:02

  • limite à la baisse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.00

  • limite à la hausse

    Qu'est-ce qu'une limite à la hausse/baisse ?

    Fermer

    0.00

  • Éligibilité

    Non éligible Boursorama

Autres places de cotation

Fermer
  • + Alerte

  • + Portefeuille

    Ajouter PUBLIC POWER à un portefeuille virtuel

    Fermer
  • + Liste

    Ajouter PUBLIC POWER à mes listes

    Fermer

En Grèce, les négociations sur la dette divisent Syriza

Reuters04/06/2015 à 12:43

par Karolina Tagaris et Deepa Babington ATHENES, 4 juin (Reuters) - Une partie des députés de Syriza, le parti du Premier ministre grec, Alexis Tsipras, a réagi avec colère jeudi aux propositions soumises par Athènes aux créanciers internationaux du pays, l'un des dirigeants du mouvement allant jusqu'à parler de projet "meurtrier". Cette réaction fait craindre à certains une révolte au sein du parti, qui pourrait conduire Alexis Tsipras à convoquer des élections anticipées pour tenter de surmonter les divisions et de faire accepter un compromis avec Bruxelles et le Fonds monétaire international (FMI). Le chef du gouvernement s'est entretenu mercredi soir à Bruxelles avec le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, et a estimé à l'issue de cet entretien qu'un accord était "proche". ID:nL5N0YQ04B Le commissaire européen aux Affaires économiques, Pierre Moscovici, a déclaré jeudi qu'un accord était "possible" mais qu'il restait "du chemin à faire". Tous les détails du projet élaboré par la Commission européenne et le FMI n'ont pas été rendus publics mais ceux qui ont filtré suffisent pour conclure que le Premier ministre aurait du mal à faire accepter un compromis par son parti. Avgi, le quotidien de Syriza, titre son édition de jeudi: "Une poursuite de l'austérité ? Non merci!". "(Juncker) a fait le sale boulot et assumé le projet le plus vulgaire, le plus meurtrier, le plus dur alors que tout le monde espérait que l'on se rapprochait d'un accord", a dit Alexis Mitropoulos, député et dirigeant de Syriza, à la chaîne de télévision Mega TV. Les députés Syriza dénoncent entre autres la proposition de supprimer un avantage dont bénéficient les petites retraites et le projet de réforme de la TVA, qui aurait pour effet d'augmenter de 10 points le taux appliqué aux factures d'électricité. De telles mesures sont jugées inacceptables par Syriza, qui a remporté les législatives du 25 janvier en promettant de mettre fin à l'austérité. SYRIZA REFUSE UNE "REDDITION TOTALE" AUX CRÉANCIERS Depuis plusieurs semaines, l'aile gauche du parti exprime de plus en plus ouvertement son désaccord avec la tournure des négociations sur la dette et les réformes. Elle a tenté le mois dernier de faire adopter une motion prévoyant l'arrêt des remboursements au FMI et si le texte a été rejeté par le comité central du mouvement, ce n'est qu'à une courte majorité, de 95 voix contre 75. "Ce qui semble avoir été discuté et proposé par M. Juncker lors de sa rencontre avec le Premier ministre grec est en deçà de (nos) attentes, en tout point", a dit à la télévision grecque le ministre délégué au Transport maritime Thodoris Dritsas. "Si les informations de presse sont confirmées, il est évident que nous ne pourrons pas les accepter." "Si nos créanciers veulent une reddition totale, ils ne l'obtiendront pas", a ajouté ce farouche opposant aux privatisations. De son côté, le ministre des Finances, Yanis Varoufakis, interrogé par une radio sur le paiement de 300 millions d'euros au FMI attendu vendredi, a simplement répondu que "l'Etat grec s'efforce toujours de rembourser tous ses créanciers". Il a ajouté être "fermement opposé" à la privatisation de la première compagnie d'électricité du pays, PPC DEHr.AT , un projet suspendu par le gouvernement en janvier. Mais il a exclu la tenue d'élections anticipées, assurant que "le peuple a confié à notre gouvernement un mandat clair". Les doutes sur la situation financière du pays poussent depuis plusieurs mois les Grecs à augmenter leurs retraits des banques, de peur de mesures de contrôle des capitaux, et plombent l'activité économique: le pays est retombé en récession au premier trimestre et le taux de chômage reste supérieur à 25%. ID:nL5N0YQ1RL Pour Dimitris Papadimoulis, député européen Syriza, un accord intégrant des concessions de la part des créanciers serait néanmoins sans doute approuvé par le Parlement. "Je ne vois pas un membre haut placé de Syriza tirer le tapis sous les pieds de Tsipras", a-t-il dit à la télévision. (Marc Angrand pour le service français)

Valeurs associées

-0.38%
+2.52%
+2.26%
0.00%
+1.49%

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.