Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

En Espagne, Mariano Rajoy défend sa gestion de la crise

Reuters10/06/2012 à 19:26

En Espagne, Mariano Rajoy défend sa gestion de la crise

par Julien Toyer et Tracy Rucinski

MADRID (Reuters) - Le président du gouvernement espagnol Mariano Rajoy a défendu dimanche sa gestion de la crise de la dette, estimant que les réformes menées sous sa direction avaient permis à Madrid d'éviter le recours à une aide étrangère, malgré le plan de sauvetage des banques annoncé la veille par la zone euro.

Lors d'une conférence de presse, le dirigeant conservateur n'a jamais qualifié de "sauvetage" la décision de la zone euro de prêter à l'Espagne jusqu'à 100 milliards d'euros pour renflouer ses banques, préférant employer l'expression "ce qu'il s'est passé hier".

"Si nous n'avions pas fait que nous avons fait ces cinq derniers mois, ce qui se serait passé hier aurait été une intervention en Espagne", a déclaré le chef du gouvernement.

Cette volonté de Mariano Rajoy de ne pas voir dans l'aide européenne un "sauvetage" est moquée par les médias, qui reprochent aussi au président du gouvernement de ne pas s'être montré samedi, préférant laisser le soin à son ministre de l'Economie, Luis de Guindos, d'annoncer la décision des ministres des Finances de l'Eurogroupe.

Beaucoup, sur les réseaux sociaux, raillent aussi sa décision d'assister dimanche au match Espagne-Italie en Pologne, dans le cadre de l'Euro 2012 de football.

"Le gouvernement s'emploie à ne pas utiliser le terme de sauvetage et cherche des euphémismes", souligne El Pais.

Si Rajoy évite à tout prix d'utiliser cette notion, c'est qu'elle s'est accompagnée, dans les cas de l'Irlande, de la Grèce et du Portugal, les trois pays de la zone euro déjà aidés, de conditions humiliantes et d'une perte de souveraineté.

Dans le cas de l'Espagne, les responsables européens le soulignent également, aucune coupe budgétaire supplémentaire ou réforme économique n'aurait été demandée à Madrid.

UNE AIDE "NORMALE"

Le chef du gouvernement assure que c'est l'Espagne qui a demandé une ligne de crédit pour ses banques handicapées par l'éclatement de la bulle immobilière qui a porté pendant une décennie la croissance espagnole.

Il a ajouté que les conditions d'octroi de cette aide étaient très limitées et que l'ensemble s'inscrivait dans son grand projet pour relancer l'économie nationale.

"Obtenir une ligne de crédit de 100 milliards d'euros n'a pas été chose aisée", a-t-il souligné lors de sa conférence de presse.

"Qui va payer les intérêts de cette ligne de crédit?" interroge cependant Pedro Arranz, un enseignant du primaire.

Mariano Rajoy explique que le paiement des intérêts des crédits accordés aux banques espagnoles ne sera pas affecté au déficit public, mais Luis de Guindos n'a pas suivi le même raisonnement samedi.

Les fonds seront apportés au Fonds de restructuration bancaire espagnol (Frob), seront comptabilisés au titre de la dette publique et le versement des intérêts sera affecté au déficit, a déclaré le ministre de l'Economie.

Pour Antonio Barroso, analyste politique au cabinet de consultants Eurasia Group, Mariano Rajoy s'efforce, en maintenant ses occupations du week-end ou en évitant à tout prix de prononcer le mot "sauvetage", de banaliser l'aide aux banques espagnoles comme une étape de plus dans le programme de redressement économique qu'il a mis en place.

"Le gouvernement veut transmettre une image de normalité, essayer de montrer que ce n'est rien d'extraordinaire", dit-il.

Les réformes menées par Rajoy pour réduire le déficit espagnol ou améliorer la compétitivité des entreprises ont été applaudies par les partenaires européens de Madrid, mais l'économie est en récession depuis qu'il est arrivé au pouvoir en décembre, le taux de chômage reste supérieur à 24% et le coût du remboursement de la dette a grimpé en flèche.

L'opposition socialiste a toutefois dit douter dimanche que l'aide ne soit pas octroyée sans contrepartie et demande à Rajoy de venir en détailler le mécanisme devant le parlement.

"Le gouvernement essaie de nous faire croire que nous avons gagné à la loterie", a déclaré Alfredo Perez Rubalcaba, le chef des socialistes espagnols, lors d'une conférence de presse.

Immédiatement après l'annonce du plan de sauvetage par Luis de Guindos samedi, les thèmes les plus suivis sur le site Twitter étaient: #rajoycobarde (rajoylâche) et #rescate (sauvetage).

"Qui va sauver les chômeurs? Et les personnes licenciées par les banques?" s'interrogeait un internaute dans un commentaire.

Marine Pennetier et Jean-Stéphane Brosse pour le service français


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.