Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

  • 8 caractères minimum

  • 1 majuscule

  • 1 minuscule

  • 1 chiffre

  • 1 caractère spécial

  • Différent de votre pseudo

  • Les deux mots de passe sont identiques

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

En cas de rachat, le groupe M6 conservera ses marques, selon son patron
AFP07/04/2021 à 12:00

Lors d'une conférence de rentrée du groupe M6, le 6 septembre 2018 à Neuilly-sur-Seine ( AFP / Christophe ARCHAMBAULT )

Lors d'une conférence de rentrée du groupe M6, le 6 septembre 2018 à Neuilly-sur-Seine ( AFP / Christophe ARCHAMBAULT )

Les antennes et les marques phares du groupe M6 ne disparaîtront pas s'il vient à être racheté, a assuré mercredi son patron Nicolas de Tavernost, lors d'une audition au Sénat.

Bertelsmann détient via sa filiale RTL Group 48,3% du capital du groupe M6, lequel possède plusieurs chaînes de télévision (M6, W9, 6ter, Teva, Gulli...) et radios dont RTL. Depuis plusieurs mois, le groupe allemand envisage de céder cette participation de contrôle et a reçu fin mars plusieurs offres.

Interrogé sur ce processus par la commission de la Culture du Sénat, le président du directoire de M6, Nicolas de Tavernost, a rappelé le dilemme qui se présentait devant l'actionnaire allemand.

Entre les deux options principales aujourd'hui étudiées par Bertelsmann --cession de ses parts à un acteur européen ou à un concurrent français--, la vente à un groupe européen serait "la plus facile" sur le plan réglementaire, car elle poserait moins de problèmes de concurrence. Mais la deuxième, bien qu'étant "la plus complexe" à mener, serait gage d'une plus grande "efficacité" car elle apporterait plus de synergies, a-t-il détaillé.

Le président du directoire de M6, Nicolas de Tavernost, le 5 septembre 2019 à Paris  ( AFP / Thomas SAMSON )

Le président du directoire de M6, Nicolas de Tavernost, le 5 septembre 2019 à Paris ( AFP / Thomas SAMSON )

Fin mars, le PDG de Bertelsmann Thomas Rabe avait estimé qu'une cession à TF1 serait l'option la plus en phase avec les orientations du groupe, bien qu'elle se heurte à des "obstacles réglementaires". Selon des informations de presse, Vivendi (Canal+), Xavier Niel, ou encore l'entrepreneur tchèque Daniel Kretinsky sont également sur les rangs.

"En tous les cas, nous avons toujours été favorables à la consolidation" du secteur audiovisuel français "mais consolidation ne veut pas dire dilution, et nous sommes évidemment très attentifs à ce que le travail que nous avons fait depuis 34 ans pour développer des marques et des chaînes (...) auxquelles nous sommes profondément attachés ne disparai(sse) pas", a assuré Nicolas de Tavernost. "Et ce ne sera pas l'intérêt d'un éventuel repreneur que de les faire disparaître".

Le dirigeant de M6 a par ailleurs déclaré ne pas savoir quand le groupe serait fixé sur son avenir. Le PDG de Bertelsmann avait, lui, évoqué une décision au premier semestre.

"En ce qui concerne le calendrier, aujourd'hui il y a une complexité extrême pour faire le bon choix. Je ne peux vous dire quel sera le calendrier exact, mais je sais que mon actionnaire de contrôle y travaille", s'est contenté d'indiquer Nicolas de Tavernost.

fpo/ac/spi

3 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • coche123
    07 avril17:32

    vazi toujours à côté de la plaque.Pour les infos non vérifiées c'est maintenant une constante chez les "journalistes" . Mais à sa décharge M6 a encore beaucoup de travail à faire pour rattraper BFM dans la non information.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Vous avez accepté la pose de traceurs

Fermer

Vous avez refusé la pose de traceurs

Fermer