Aller au contenu principal Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
  1. Aide
    1. Espace Client

En Auvergne, Le Pen cultive son amour du terrain pour enrayer la dynamique Zemmour
information fournie par AFP07/10/2021 à 12:52

Marine Le Pen Salon international des professionnels de l’élevage,à Cournon d'Auvergne, le 7 octobre 2021 ( AFP / Thierry ZOCCOLAN )

Marine Le Pen Salon international des professionnels de l’élevage,à Cournon d'Auvergne, le 7 octobre 2021 ( AFP / Thierry ZOCCOLAN )

"Le plaisir d'être au milieu des agriculteurs" contre les commentaires "de plateau": Marine Le Pen a vanté jeudi son approche de terrain pour enrayer la dynamique de son rival d'extrême droite Eric Zemmour, lors d'une visite au sommet de l'Elevage près de Clermont-Ferrand.

Il semble y avoir urgence pour la finaliste de la présidentielle de 2017. Pour la première fois depuis plusieurs mois, la candidate du Rassemblement national n'est, avec 15 et 16% des intentions de vote, pas donnée qualifiée au second tour du scrutin d'avril 2022 dans un sondage Harris interactive publié mercredi. Le polémiste - qui n'est pas candidat -, la double avec entre 17 et 18%.

Le salon de l'élevage de Clermont-Ferrand est en théorie pour Marine Le Pen l'endroit idéal pour se relancer. Elle a pu y revérifier sa popularité, en particulier auprès des jeunes ruraux, avec qui elle a enchaîné les selfies dans les travées.

Le terrain, c'est aussi le risque de prêter le flanc aux symboles malheureux. Dès son arrivée, la candidate entreprend de faire un massage cardiaque à un mannequin sur le stand des pompiers. "Est-ce que c'est vous que vous sauvez?", a demandé un journaliste. "C'est le peuple français que je veux sauver", a rétorqué Mme Le Pen avec le sourire.

Plus tard, un taureau de la race Aubrac a refusé obstinément le foin que lui tendait la candidate du RN, qui a fini par renoncer.

Néanmoins Marine Le Pen a confié apprécier le terrain, "tous ces jeunes, ce dynamisme, cette joie qui rend optimiste". Dans une allusion aux médias qui spéculent sur sa possible absence au second tour, mais aussi à son rival Eric Zemmour, qui court les plateaux de télévision, elle a asséné: "Ca devrait faire réfléchir certains qui commentent sur les plateaux, mais éloignés peut-être de la réalité de ce qui se passe précisément sur le terrain".

- "Sensibilité sociale" -

Mais les questions s'intensifient. Lui faudrait-il débattre en public avec M. Zemmour pour stopper l'hémorragie de sondages qui lui attribuent globalement tous une baisse d'intentions de vote spectaculaire, au profit du polémiste? "On ne peut pas débattre avec quelqu'un qui n'est pas encore candidat, moi j'ai à dire à Eric que maintenant il faut qu'il soit candidat, c'est une question aussi un peu de de loyauté vis-à-vis des Français", a lâché celle qui a déclaré sa candidature dès 2020.

Eric Zemmour avant le débat télévisé avec Jean-Luc Mélenchon (LFI) sur BFMTV, le 23 septembre 2021 ( POOL / BERTRAND GUAY )

Eric Zemmour avant le débat télévisé avec Jean-Luc Mélenchon (LFI) sur BFMTV, le 23 septembre 2021 ( POOL / BERTRAND GUAY )

Mme Le Pen s'est aussi interrogée sur "la plus-value" de M. Zemmour, "nonobstant ses provocations", comme celle, mercredi, de rapprocher la liberté donnée par l'Etat aux jeunes de changer de sexe des "expériences du Dr Mengele", criminel de guerre nazi.

Elle a dit jouer la carte de l'expérience et du "réalisme" de son projet, "travaillé de nombreuses années", pour traduire leurs vues communes sur l'immigration. Mais s'est aussi démarqué sur le social: "Ma sensibilité sociale me fait diverger de ses propos très durs", par exemple contre un "Etat-Providence obèse".

Elle a ainsi annoncé mercredi qu'elle voulait abaisser à 5,5% la TVA sur l'essence, le gaz et l'électricité, des "produits de première nécessité".

Quand les journalistes se sont écartés, des lycéens se sont pressés pour réclamer une photo avec la candidate. "Madame, j'ai traversé tout le salon pour vous", s'est exclamé l'un d'entre eux. 

"Ce que j'aime chez elle, c'est son franc-parler", a confié Sébastien, salarié agricole de 25 ans, à l'AFP. Mais pour la même raison, celui-ci lorgne aussi Eric Zemmour. "Ils ont tous les deux un bon discours: arrêter le même système qui ne bouge pas. Mais ce qui fait la différence pour Zemmour, c'est qu'il va encore plus loin", s'est enthousiasmé Sébastien.

Qui a observé avec une certaine gourmandise qu'entre les deux rivaux d'extrême droite, c'est "chaud bouillant".

bap/jk/tes

0 commentaire