1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Emmanuel Macron : "Je me devais de prendre la mer"

Le Point31/08/2016 à 10:57

Emmanuel Macron et Michel Sapin, lors de la passation des pouvoirs, le mercredi 31 août 2016. 

La passation des pouvoirs entre Emmanuel Macron et Michel Sapin a eu lieu mercredi matin à 9 heures. « Je me devais de prendre la mer dans une embarcation plus frêle, mais avec un cap et une volonté de prendre ce risque », a dit Emmanuel Macron. Le désormais ex-ministre de l'Économie a longuement remercié ses équipes et vanté son bilan, après deux années passées à Bercy. Il a usé tout au long de son discours d'une métaphore filée sur la mer, paraphrasant Marcel Pagnol : « Si vous voulez aller sur la mer, sans aucun risque de chavirer, alors, n'achetez pas un bateau : achetez une île ! »

Un Michel Sapin gouailleur lui a répondu, évoquant des « tempêtes et des clapotis qu'il faut surmonter ». Le ministre des Finances, aujourd'hui seul maître à Bercy, a dit regretter le départ de son collègue. « Je ne sais pas pourquoi, j'ai le sentiment qu'on continuera à parler de toi. J'ai la conviction que ce sera pour l'intérêt général », lui a-t-il lancé. Avant de conclure : « Bonne chance Emmanuel, je souhaite que le bonne chance pour toi soit une bonne chance pour nous tous... » Une allusion à peine voilée aux ambitions personnelles du trublion, qui pourrait s'affranchir des primaires à gauche pour se lancer seul dans la course à la présidentielle.

Source Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer