1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Elisabeth Quin : «Le glaucome est une maladie muette qui fait flipper»
Le Parisien22/01/2019 à 22:52

Elisabeth Quin : «Le glaucome est une maladie muette qui fait flipper»

Elle parle comme elle écrit. Les yeux plissés, choisit ses mots, avec engagement. Dans un café, malgré le bruit assourdissant du percolateur, Elisabeth Quin, 55 ans, présentatrice de « 28 Minutes » chaque soir sur Arte, ne s'arrête pas. Raconte son combat contre ce « tueur muet », cette maladie, diagnostiquée il y a dix ans, qui grignote sa vision, risque de la rendre aveugle, sujet de son nouvel ouvrage « La Nuit se lève »*.Au fil des pages, le glaucome, dégénérescence du nerf optique qui touche un million de personnes en France, ouvre une réflexion sur l'œil, objet poétique, sur la vision comme identité, la question de la confiance en l'autre, l'angoisse de la cécité. « Combien de temps mes yeux malades tiendront-ils sous les projecteurs ? » s'interroge-t-elle. Dans un métier d'images, Elisabeth Quin nous confie ses peurs.Comment avez-vous réagi à l'annonce de votre maladie ?ELISABETH QUIN. Lorsqu'il y a dix ans, l'ophtalmologue a prononcé le mot glaucome, je me suis sentie gelée, tétanisée, épouvantée. C'était comme un effondrement. J'étais déjà très myope depuis mon adolescence. Mal voir, savoir que ma vue baissait, était l'histoire de mon quotidien. Mais là, j'ai tout de suite mesuré que cette maladie pouvait déboucher sur la catastrophe des catastrophes, c'est-à-dire, la cécité.Qu'est-ce que vous ne pouvez plus voir par rapport à avant ?C'est compliqué de décrire car on oublie comment c'était quand on voyait bien. Au volant, les codes des voitures et les feux rouges de freinage m'éblouissent de plus en plus même en plein jour. Quand je marche, les lumières artificielles de la ville deviennent envahissantes et abolissent tous les contrastes. Tout est surexagéré. Lorsque le jour tombe, je ne distingue pas, ou mal, les reliefs d'un immeuble. La nuit est plus noire. Je dois avancer prudemment. Mon champ visuel est aussi rongé sur les bords. Il faudra que je me fasse ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • aerosp
    23 janvier07:07

    assistante du ministre moto de nice, c'est tout dire

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer