Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Éleveurs-L'UE demande à la France d'assurer la libre circulation

Reuters28/07/2015 à 18:11

* Les actions des éleveurs se poursuivent * La Commission européenne en contact avec Paris * Réunion à Bercy sur les aides financières (Actualisé avec levée des barrages en Moselle) STRASBOURG, 28 juillet (Reuters) - La Commission européenne a demandé mardi à la France de garantir la libre circulation des marchandises entravée ces derniers jours par des actions d'éleveurs en colère, notamment à la frontière avec l'Allemagne. Des barrages ont encore été érigés dans la matinée en Moselle, quelques heures avant une réunion à Bercy entre ministres et banquiers sur les conditions de mise en oeuvre du volet financier du plan d'urgence annoncé la semaine dernière. ID:nL5N1022BE Les manifestants ont contrôlé les camions frigorifiques pour intercepter les produits étrangers et attirer l'attention des pouvoirs publics sur ce qui constitue selon eux des "distorsions de concurrence" entre la France et les autres pays européens. Gilles Becker, secrétaire général de la FDSEA Moselle, a expliqué avoir trouvé des produits, dont des bretzels et du lait, estampillés 'made in France' mais produits en Allemagne. "On est un peu surpris, on avait un accord avec la grande distribution pour privilégier les produits français", a-t-il dit. "La viande allemande n'est pas plus mauvaise que la viande française, le lait allemand n'est pas plus mauvais que le lait français mais la distorsion de concurrence est difficilement acceptable." A Bruxelles, un porte-parole de la Commission, Daniel Rosario, a déclaré à la presse que l'exécutif européen était en contact avec les autorités françaises. "On les a priées de nous tenir informés des entraves potentielles à la libre circulation des marchandises et de nous notifier les mesures prises pour résorber les entraves", a-t-il précisé. Les agriculteurs français protestent notamment contre les prix auxquels ils vendent leurs produits et des conditions de marché défavorables. Selon la préfecture de Moselle, l'autoroute A31 a été bloquée jusqu'en milieu d'après-midi dans les deux sens au niveau de la Croix de Hauconcourt, point de jonction avec l'autoroute A4, près de Metz, ainsi que le carrefour entre la Nationale 4 et l'A4, près de Phalsbourg. Des agriculteurs ont également déversé du fumier à Metz devant l'abattoir Charal et le grossiste Metro, ainsi que devant des établissements de restauration rapide. LE FOLL APPELLE LES ÉLEVEURS À LA RESPONSABILITÉ Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Le Foll, a appelé les manifestants à faire preuve de responsabilité. "J'ai déjà rappelé aux éleveurs, en particulier ceux qui bloquaient les frontières, que la France est dans l'Europe. Le pire, quand on pense régler un problème en disant 'on ne veut plus rien importer' c'est d'oublier que nous exportons aussi, que ce soit en Espagne, en Italie, en Allemagne", a-t-il dit. Pour que le plan du gouvernement, qui vise à revaloriser les prix payés aux producteurs, réussisse, "pas la peine d'aller bloquer les frontières" (...) aujourd'hui, on est dans une phase où on a besoin de cohérence. C'est ensemble qu'on y arrivera, donc il faut avoir ce sens de la responsabilité, a-t-il ajouté. Stéphane Le Foll s'exprimait à l'issue d'une réunion avec ses collègues de l'Economie et des Finances, Emmanuel Macron et Michel Sapin, le médiateur national du crédit et des représentants de Bpifrance et des principales banques du secteur agricole (Crédit agricole, BPCE et Crédit mutuel) sur la mise en oeuvre du plan d'urgence. Celui-ci prévoit pour 50 millions d'euros d'allègements de charge sociales et 500 millions d'euros de prêts bancaires avec des garanties de la banque publique d'investissement. Sont prévues également, en liaison avec des cellules de crise déployées au niveau départemental, des possibilités de rééchelonnement de dettes dont l'échéancier sera allongé voire même, pour les exploitations les plus en difficulté, le report des sommes dues au titre de l'annuité 2015 en toute fin de remboursements des crédits contractés. Bpifrance, qui mobilisera un produit déjà utilisé pour le financement des PME/TPE, a fait savoir qu'elle était opérationnelle "immédiatement". (Gilbert Reilhac, Emmanuel Jarry et Yann Le Guernigou, avec Mark John et Barbara Lewis à Bruxelles, édité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.