Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Elections législatives le 12 septembre aux Pays-Bas

Reuters25/04/2012 à 20:07

Elections législatives le 12 septembre aux Pays-Bas

par Sara Webb et Gilbert Kreijger

AMSTERDAM (Reuters) - La reine Beatrix des Pays-Bas a demandé au Premier ministre, Mark Rutte, de dissoudre la chambre basse du parlement afin de permettre la tenue d'élections législatives le 12 septembre.

Cette décision, annoncée par un communiqué du gouvernement mercredi, fait suite à l'éclatement de la coalition au pouvoir, incapable de s'entendre sur des mesures d'austérité budgétaire.

Elle ouvre une période d'instabilité politique dans l'un des pays les plus solides financièrement de la zone euro, et l'un des quatre derniers à toujours bénéficier d'un triple A de la part des agences de notation.

Le gouvernement sortant ayant été l'un des plus fervents partisans de la rigueur budgétaire au sein de la zone euro, cette décision constitue en outre un facteur supplémentaire d'inquiétude pour les investisseurs, qui doutent de la capacité des Européens à surmonter le poids de leurs dettes.

La coalition soutenant depuis septembre 2010 le gouvernement minoritaire de Mark Rutte a éclaté en raison du rejet par le parti islamophobe et eurosceptique de Geert Wilders de mesures d'austérité destinées à ramener le déficit public sous la barre des 3% du produit intérieur brut.

Mark Rutte a sollicité mardi le soutien de l'opposition afin d'entériner ces mesures censées ramener les comptes publics des Pays-Bas dans les clous fixés par le pacte de stabilité de l'Union européenne.

Les principaux partis d'opposition ont cependant refusé son paquet de 14 à 16 milliards d'euros d'économies. Le Premier ministre dispose désormais de moins d'une semaine pour tenter de convaincre de plus petites formations afin de pouvoir présenter son plan budgétaire à l'Union européenne avant le 30 avril.

DÉBAT AU PARLEMENT JEUDI

Le ministre des Finances, Jan Kees de Jager, a entamé mercredi des pourparlers avec les partis politiques sur les moyens à mettre en oeuvre pour réduire le déficit budgétaire de 2013, a-t-on appris auprès du ministère des Finances. Le gouvernement devrait dévoiler une série de mesures allant dans ce sens d'ici la fin de la journée, a précisé une porte-parole.

Un débat au parlement avec le Premier ministre et le ministre des Finances se tiendra par ailleurs jeudi à partir de 13h00 GMT sur les possibles coupes budgétaires en 2013, a annoncé le président de la Chambre basse, Gerdi Verbeet.

L'agence de notation Fitch a estimé que les Pays-Bas pouvaient ramener leur déficit public à 3% du PIB en 2013 malgré la crise politique.

"Notre scénario central est que le déficit sera ramené à 3% en 2013 avec un ratio d'endettement public se stabilisant par la suite", écrit Fitch dans un communiqué.

"Toutefois, les incertitudes politiques nationales ont augmenté tandis que les risques économiques et financiers résultant de la crise de la zone euro demeurent significatifs. Il apparaît clairement que si notre scénario central ne devait pas se matérialiser, la pression sur la note s'accentuerait", poursuit l'agence.

Dans un climat de rejet croissant en Europe de la politique d'austérité menée à travers le continent, les partis néerlandais de gauche ont souligné que les efforts destinés à ramener le déficit public de 4,6% à 3% du PIB en 2013 seraient néfastes à la population comme à l'économie des Pays-Bas.

Le gouvernement de centre droit formé par les libéraux (VVD) de Mark Rutte et les chrétiens-démocrates (CDA) a tenu 18 mois grâce au soutien du Parti pour la Liberté (PVV) de Geert Wilders à la Chambre des représentants.

Après sept semaines de vaines tractations, Geert Wilders a provoqué la chute du cabinet au cours du week-end en refusant de soutenir les mesures d'économies envisagées par Mark Rutte.

Ces élections seront les cinquièmes en dix ans aux Pays-Bas.

Bertrand Boucey, Marine Pennetier avec Marc Joanny pour le service français, édité par Gilles Trequesser


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.