1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Elections au Mozambique : « Si tu dis quelque chose, on te ferme aussitôt la bouche »
Le Monde18/10/2019 à 18:12

Treize millions d'électeurs ont été appelés aux urnes mardi 15 octobre dans un pays gouverné par le même parti, le Frelimo, depuis quarante-quatre ans.

Le Mozambique a trouvé la recette pour transformer un mardi en dimanche. En ce jour d'élections générales, où treize millions d'inscrits étaient appelés à se choisir un chef de l'Etat, deux cent cinquante députés et les représentants de dix assemblées provinciales, Maputo était, le 15 octobre, une ville morte. Un jour férié sur l'ensemble du pays et notamment à Matola, la banlieue travailleuse de la capitale.

Ici, les jolies maisons Art déco et les jardins proprets ont été remplacés par des structures d'acier et de béton. Dans cette zone se concentrent le port et la majeure partie des industries qui cernent Maputo.

Une chose en revanche ne change pas : l'omniprésence des photos du président sortant, Filipe Nyusi - selon les prédictions, il devrait être reconduit pour un mandat de cinq ans -, et des drapeaux du Front de libération du Mozambique (Frelimo) au pouvoir depuis l'indépendance, en 1975. Trouver trace d'une affiche d'Ossufo Momade, le candidat de la Résistance nationale mozambicaine (Renamo) relève du travail d'enquête.

Cette invisibilité n'est pas pour autant synonyme d'impopularité. « Il est temps que cela change. C'est comme si, depuis toujours, nous buvions la même boisson. Après toutes ces années à ne boire que du Coca, laissez-nous essayer un peu le Fanta », s'amuse Daniel, dans l'attente d'effectuer son devoir d'électeur.

« La santé, les transports, l'éducation sont une catastrophe et, si tu dis quelque chose, on te ferme aussitôt la bouche », ajoute ce gaillard de 35 ans qui aimerait trouver un emploi dans l'une des multinationales développant des projets gaziers dans le nord du pays. Qui gérera la manne de milliards d'euros qui promet, au mieux, de faire basculer l'économie du pays dans une autre dimension ou, au pire, de garnir les seules poches des dirigeants ? C'est là que se trouve le principal enjeu de ces élections.

... Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer