1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Egypte: les activités des Frères musulmans interdites

Le Parisien23/09/2013 à 20:17

Egypte: les activités des Frères musulmans interdites

Les Frères musulmans égyptiens ont qualifié, lundi, le jugement interdisant leurs activités de «politique et entaché de corruption», et promis de rester «présents sur le terrain». La confrérie, dont est issu le président Mohamed Morsi destitué par l'armée et qui avait remporté les législatives fin 2011, a réagi sur son compte Twitter officiel et promet que ses militants restent «présents sur le terrain» malgré tout.

Cette déclaration intervient peu après que la justice égyptienne a déclaré illégales les activités des Frères musulmans et confisqué leurs biens. Après la répression sanglante des pro-Morsi et l'arrestation des leaders de cette confrérie, ce jugement constitue un nouveau signe de la volonté du nouveau pouvoir d'éradiquer l'influente confrérie de la scène politique après l'éviction par l'armée du président issu de ses rangs.

Le jugement rendu, ce lundi, par un tribunal du Caire réuni en urgence, est le dernier épisode de la série de mesures prises par les autorités mises en place par l'armée après la destitution, le 3 juillet, du président islamiste Mohamed Morsi, toujours détenu au secret. Il y a une semaine, un tribunal gelait les avoirs des principaux dirigeants de l'organisation, dont la plupart sont derrière les barreaux et actuellement jugés pour «incitation au meurtre» ou «meurtre» de manifestants anti-Morsi.

Le Parti de la Liberté et de la Justice dans le collimateur

L'implacable répression visant les Frères musulmans et les partisans de M. Morsi avait connu son paroxysme le 14 août, lorsque l'armée et la police avaient détruit deux campements où des milliers d'islamistes réclamaient le retour au pouvoir du premier président élu démocratiquement en Egypte. Dans ces violences et durant la semaine qui a suivi, plus d'un millier de personnes ont péri, en grande majorité des manifestants pro-Morsi. Dans le même temps, plus de 2 000 islamistes ont été ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer