1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Egalité femmes-hommes: l'Institut Montaigne propose un objectif de 40% dans les comités exécutifs
AFP12/07/2019 à 12:24

L'Institut Montaigne a publié vendredi un rapport destiné à encourager la promotion des femmes dans les fonctions exécutives des entreprises, en proposant un objectif de 40% du sexe le moins représenté dans les principales sociétés cotées à Paris.

Pour les auteurs du rapport du think thank libéral, Aulde Courtois et Jeanne Dubarry de Lassalle, cet objectif, qui doit être atteint d'ici à cinq ans, doit être inscrit comme un engagement de chaque entreprise donnant lieu à une publication annuelle.

En France, les instances de direction des entreprises du SBF 120 (CAC 40 et 80 autres valeurs), sur lesquelles portent cette préconisation, ne comportent actuellement que 17,7% des femmes. Elles sont 37% dans les cabinets ministériels.

"Notre recommandation s'appuie (...) sur une démarche volontaire plutôt qu'un passage par la loi", soulignent les auteures de l'étude, estimant que "compte tenu des évolutions rapides de l'opinion sur ce sujet, il ne fait pas de doute que la loi viendrait suppléer une absence d'actions".

En ce qui concerne les entreprises de taille intermédiaire, elles proposent de fixer des objectifs de réduction d'écarts annuels.

Parmi huit autres mesures, elles préconisent l'octroi d'un certain nombre de jours de congé post-naissance aux parents, en dehors des huit semaines de repos obligatoire (dont six après l'accouchement), comme un "droit de tirage", indifféremment de leur sexe ou de leur statut hiérarchique, afin de ne pas discriminer et stigmatiser en fonction du sexe.

Elles demandent aussi à l'État actionnaire et à l'État investisseur de "chacun prendre leur part de développement des politiques publiques en matière de diversité de genre", par le biais de Bpifrance et de l'Agence des participations de l'État.

Citant "plusieurs études récentes" montrant une forte corrélation entre diversité de genre et performance d'une entreprise, Mmes Courtois et Dubarry de Lassalle estiment qu'"il est désormais nécessaire que les politiques de diversité de genre ne soient plus uniquement considérées comme des politiques de RH (ressources humaines) ou de RSE (responsabilité sociétale des entreprises), mais comme des politiques de performance économique".

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • nayara10
    12 juillet12:40

    Il faudra y ajouter des Migrants ,des sans papiers la liste est longue .Pour augmenter l'incompétence ...

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer