1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Education : les profs français rois du chahut
Le Parisien20/06/2019 à 06:01

Education : les profs français rois du chahut

Demander le silence, faire ôter une casquette, confisquer un téléphone portable... Pendant dix minutes en moyenne, à chaque heure de classe, les professeurs de collège font autre chose qu'enseigner leur matière. C'est ce que révèle une enquête internationale de l'OCDE, baptisée Talis, rendue publique ce mercredi.L'étude, que nous avons pu consulter, compare tous les cinq ans, entre une cinquantaine de pays, tous les aspects du métier d'enseignant, des salaires à la réputation en passant par la formation ou les pratiques professionnelles. Si une bonne partie des résultats place les Français dans la moyenne internationale, ou au dessus, le système scolaire se démarque sur un point : la difficulté des enseignants, et particulièrement des jeunes professeurs, à maintenir l'ordre dans leurs classes.À cause de couacs en chaîne, à l'échelle d'une année scolaire, les adolescents français perdent en moyenne sept jours et demi de classe, comparé à leurs camarades des autres pays de l'OCDE, pour lesquels la discipline occupe déjà 7 minutes par heure. Peu formés à la gestion de classeLe paradoxe est patent. Les professeurs français, recrutés sur concours au niveau du master, « sont parmi les plus qualifiés au monde », explique Karine Tremblay, la responsable du projet Talis à l'OCDE. « Le problème, c'est qu'ils sont peu ou mal formés sur la pratique ou la gestion de classe ». Seulement 22 % d'entre eux s'estiment bien ou très bien préparés à ces enjeux, en France. « Quand j'ai commencé à enseigner, à 25 ans, dans un lycée difficile, mes élèves avaient 21 ans, et certains des activités illicites dans la cité après les cours : j'ai mis un an à apprendre à les gérer », raconte Fanny, professeure d'histoire en banlieue parisienne, guère étonnée par les chiffres de l'étude. LIRE AUSSI > Indiscipline au collège : des milliers d'élèves exclus chaque jourPour leur ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer