Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Echec des négociations sur le dialogue social

Reuters22/01/2015 à 19:07

ÉCHEC DES NÉGOCIATIONS SUR LE DIALOGUE SOCIAL

par Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - Les partenaires sociaux ont mis fin jeudi à leurs négociations sur la réforme du dialogue social sur un constat d'échec après plus de trois mois de discussions sur ce dossier jugé crucial par le gouvernement, qui a décidé aussitôt de reprendre la main.

Cet échec laisse François Hollande et Manuel Valls face à un choix difficile : tenter de légiférer sans être certain de disposer de la majorité parlementaire nécessaire ou renvoyer à un futur imprévisible cette réforme.

"L'absence d'accord ne peut constituer un obstacle à la réforme pour faire avancer le pays", a déclaré le Premier ministre, dans un communiqué.

"Il appartient désormais au gouvernement de se saisir de la modernisation du dialogue social en entreprise, dans un sens favorable aux salariés comme à la performance globale des entreprises et sans être lié par l'état du projet qui n'a pu aboutir", a-t-il ajouté.

Manuel Valls a précisé qu'il réunirait les partenaires sociaux le' février pour décider des suites à donner. Le ministre du Travail, François Rebsamen, a annoncé de son côté qu'il les verrait la semaine prochaine pour préparer cette réunion.

L'enjeu était notamment, pour le gouvernement, d'alléger les contraintes pesant sur les employeurs pour lever des "verrous" à l'embauche et de contourner la difficulté de réformer le marché du travail en misant sur la négociation dans les entreprises.

Mais le négociateur du Medef n'a pas été en mesure de remettre aux autres délégations un nouveau projet d'accord après une suspension de séance de plus de deux heures.

"Nous sommes aujourd'hui obligés de constater que les parties se sont beaucoup rapprochées mais pas suffisamment pour signer un accord", a dit Alexandre Saubot à la presse.

Il a émis l'espoir que le travail fait pendant ces négociations "soit un jour, si possible pas trop loin", repris par d'autres pour "faire avancer le pays".

LA BARRE TROP HAUTE ?

Le Medef proposait notamment de fusionner toutes les instances représentatives du personnel (IRP) dans les sociétés d'au moins 11 salariés dans un unique conseil d'entreprise, qui reprendrait l'intégralité de leurs prérogatives.

Cette réforme se serait traduite par une simplification du dialogue social, une réduction draconienne des réunions de consultations et d'informations et du nombre des représentants des salariés dans ces entreprises.

L'organisation patronale, à laquelle s'était associée l'Union professionnelle de l'artisanat (UPA), proposait aussi d'étendre le recours aux accords d'entreprise et de mettre en place une forme de représentation pour le personnel des sociétés de moins de 11 salariés (TPE).

Des spécialistes du droit du travail n'hésitent pas à y voir les germes d'une "vraie mutation" du modèle français en matière de relations sociales dans l'entreprise.

Mais la CGPME, troisième organisation patronale, s'est dès le départ braquée contre les propositions concernant les TPE et les organisations syndicales ont jugé insuffisantes les garanties apportées en matière de droits des salariés.

La plupart ont mis en cause la méthode de négociation et des délais trop courts pour une négociation de cette importance.

La négociatrice de la CFDT, syndicat le plus ouvert à la réforme proposée, a estimé que le Medef avait mis la barre "extrêmement haut" et s'était focalisé sur le cadre du dialogue social, plutôt que sur son contenu.

"Pour la CFDT, le dossier n'est pas clos, le dialogue social doit perdurer dans les entreprises et doit évoluer", a cependant déclaré Marylise Léon, selon qui la négociation a malgré tout permis de franchir une étape.

"On essaiera de trouver un moment, plus tard, pour se remettre autour de la table et en discuter sur des bases peut-être un peu plus réalistes", a-t-elle ajouté.

(Edité par Yves Clarisse)


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.