Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Ebola-Nouvel appel à l'aide des pays les plus touchés

Reuters09/10/2014 à 21:01

WASHINGTON, 9 octobre (Reuters) - Les chefs d'Etat du Liberia, de Guinée et de Sierra Leone, les trois pays d'Afrique de l'Ouest les plus touchés par l'épidémie de fièvre Ebola, se sont émus jeudi de la lente mobilisation de la communauté internationale, à l'occasion d'une conférence des donateurs organisée au siège de la Banque mondiale. "Notre population meurt. Sans vous, nous ne pouvons réussir. Sans votre réaction rapide, une tragédie sans précédent dans l'ère moderne va menacer le bien-être et compromettre la sécurité de tous", a lancé le président sierra-léonais Ernest Koroma, qui est intervenu par visioconférence. Selon le dernier bilan de l'OMS, l'épidémie qui s'est déclarée en mars a fait 3.865 morts. "Les dernières semaines ont été marquées par une grande inquiétude et par des promesses de lutte. La réaction internationale a cependant été plus lente que la propagation de la maladie", a poursuivi Ernest Koroma. La présidente libérienne Ellen Johnson Sirleaf, qui intervenait elle aussi par visioconférence, a également plaidé pour "une réponse plus rapide et décisive". Des centres de soins et des laboratoires d'analyse, dont le personnel sera à la fois libérien et étranger, doivent selon elle être mis sur pied avant le mois prochain. "Nous devons nous assurer que tous est fait immédiatement", a-t-elle souligné. Regrettant lui aussi la réaction "trop lente, trop modeste et trop tardive" de la communauté internationale, Donald Kaberuka, président de la Banque africaine de développement, a prié les donateurs d'accélérer les choses en allégeant les procédures administratives. L'épidémie pourrait coûter 32,6 milliards de dollars (25,8 milliards d'euros) d'ici la fin de l'année 2015 si elle se propage au-delà de la Guinée, du Liberia et de la Sierra Leone, a estimé mercredi la Banque mondiale. "Si nous n'enrayons pas rapidement cette épidémie de fièvre Ebola, c'est tout l'avenir de l'Afrique qui sera menacé", a averti Jim Yong Kim, président de l'institution, à l'ouverture de la conférence. (Lesley Wroughton; Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.