1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Ebola-L'ambassadrice américaine à l'Onu en Afrique de l'Ouest
Reuters26/10/2014 à 13:12

CONAKRY, 26 octobre (Reuters) - L'ambassadrice des Etats-Unis auprès de l'Onu, Samantha Power, est arrivée dimanche à Conakry, première étape d'une tournée en Afrique de l'Ouest visant à évaluer les raisons de l'expansion de l'épidémie d'Ebola malgré les efforts de la communauté internationale. Samantha Power, qui, après la Guinée, est attendue en Sierra Leone et au Liberia, dit vouloir mieux comprendre quelles sont les ressources manquantes pour combattre l'épidémie. Ces trois pays africains sont les plus touchées par la fièvre hémorragique dont sont mortes près de 5.000 personnes. Un petit nombre de cas ont également été signalés au Mali, au Nigeria, au Sénégal, en Espagne et aux Etats-Unis. Selon l'estimation donnée par les Nations unies le mois dernier, près d'un milliard de dollars (près de 800 millions d'euros) sont nécessaires pour lutter contre Ebola pendant six mois. Selon le Financial Tracking Service des Nations unies, près de 500 millions de dollars ont été engagés auxquels il faut ajouter 280 millions de promesses de dons. Sur les terrain, les humanitaires expliquent qu'il faut plus de médecins, plus d'infirmières et plus de centres de traitement. Les malades sont renvoyés quand il n'y a pas assez de lits et soignés en principe chez eux où ils risquent d'infecter d'autres personnes, disent les humanitaires. Selon Samantha Power, qui veut aussi se rendre au Ghana, centre de coordination pour l'Afrique de l'Ouest, les avantages d'un constat sur le terrain de ce qui se passe sont supérieurs aux risques. Elle a souligné qu'elle prendrait les précautions nécessaires. "Mais, par dessus tout, ce que je ferai est d'encourager les gens qui ont peur à reconnaître que des centaines de membres du personnel médical sont entrés et sortis de ces pays infectés, il y a plusieurs mois et récemment, et sont rentrés chez eux sains et sauf et vivent actuellement parmi les leurs", a déclaré l'ambassadrice. (Michelle Nichols; Danielle Rouquié pour le service français)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer