Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Duel Hollande-Sarkozy au 2e tour, l'extrême droite à plus de 18%

Reuters23/04/2012 à 10:10

Duel Hollande-Sarkozy au 2e tour, l'extrême droite à plus de 18%

PARIS (Reuters) - Le second tour de l'élection présidentielle française opposera le 6 mai le socialiste François Hollande, en tête dimanche à l'issue du premier tour, à Nicolas Sarkozy, qui juge que rien n'est joué malgré une réserve de voix incertaine.

Le député de Corrèze était donné gagnant dimanche soir par cinq instituts de sondage, qui lui prédisent un score allant de 53 à 56% au deuxième tour.

Fait marquant de cette première manche, la candidate du Front national, Marine Le Pen, qui menait à 43 ans sa première campagne dans le sillage de son père, signe le meilleur score présidentiel de l'extrême droite sous la Ve République avec 18,01% des suffrages, soit près du double de Jean-Marie Le Pen en 2007, selon les chiffres du ministère de l'Intérieur sur la base de 99% des inscrits.

Une percée plus notable qu'attendu à rapprocher de la poussée des partis d'extrême droite dans plusieurs autres pays européens face à une crise économique aiguë.

"La bataille de France ne fait que commencer. Rien ne sera plus comme avant. (...) Il ne s'agit là que d'un début", a déclaré la présidente du FN lors d'un discours à Paris. "La vague bleu marine fait trembler le système", a-t-elle souligné.

Le député de Corrèze François Hollande, qui ambitionne de ramener la gauche au pouvoir en France 31 ans après la victoire de François Mitterrand, obtient 28,63% d e s suffrages exprimés devant Nicolas Sarkozy (27,08%), se l on l'Intérieur.

"Au terme de ce premier tour, je suis le candidat du rassemblement pour le changement. Ce rassemblement doit être le plus large possible", a déclaré François Hollande dans son fief de Tulle (Corrèze), en saluant nommément Jean-Luc Mélenchon et l'écologiste Eva Joly qui ont appelé à voter en sa faveur sans négociation.

SARKOZY PROPOSE TROIS DÉBATS À HOLLANDE

C'est la première fois sous la Ve République qu'un chef de l'Etat sortant n'est pas en tête à l'issue du premier tour. Le scénario du second tour n'en est pas pour autant écrit.

François Mitterrand l'avait par exemple emporté en 1981 après avoir été deuxième à l'issue du premier tour et ayant été éliminé en 1974 après avoir devancé Valéry Giscard d'Estaing.

Dans le camp présidentiel, on estime que "rien n'est joué", pour reprendre les termes du Premier ministre François Fillon.

"Les deux candidats sont maintenant un devoir de vérité et un devoir de courage", a déclaré Nicolas Sarkozy lors d'un discours à la Mutualité, à Paris.

"Le moment crucial est venu, celui de la confrontation des projets", a-t-il poursuivi, appelant à trois débats avec son adversaire socialiste, dont il a fustigé "la fuite en avant dans les dépenses publiques sans aucun contrôle".

Ce dernier a répondu depuis Tulle qu'il ne souhaitait toujours qu'un seul débat avec le président sortant.

Cinq ans après un scrutin présidentiel marqué par une participation exceptionnelle au premier tour (83,77%), les 44,5 millions d'électeurs appelés aux urnes se sont fortement mobilisés, au-delà de 80%, démentant des enquêtes alarmantes sur l'abstention et une désaffection supposée envers la politique.

Marine Le Pen réussit donc le pari d'obtenir la troisième place, dépassant le score qui avait permis à son père de se qualifier le 21 avril 2002 pour le second tour (16,86%). "Une soirée historique" pour le FN.

BAYROU PRENDRA SES "RESPONSABILITÉS"

Un temps considéré comme "le troisième homme" possible du scrutin par les instituts de sondage, le candidat du Front de gauche, Jean-Luc Mélenchon, qui vivait lui aussi son baptême du feu électoral, échoue à détrôner le FN.

Dans la bataille du "front contre front", le député européen recueille 11,13% des voix, une déception pour le trublion à la cravate rouge qui dispose toutefois d'un ascendant notable pour peser dans l'entre-deux-tours et au-delà.

"C'est nous qui avons les clés du résultat", a lancé Jean-Luc Mélenchon devant ses militants sur la place de Stalingrad, à Paris, appelant à "tourner la page des années Sarkozy". "A cette heure, en conscience, il n'y a rien à négocier", a-t-il ajouté.

Marine Le Pen se prononcera pour sa part le 1er mai lors d'un discours place de l'Opéra à Paris, à l'occasion de la fête de Jeanne d'Arc, a précisé Louis Aliot.

Selon les projections, les reports de voix FN vers l'UMP au second tour sont plus mauvais qu'en 2007, ce qui obère les chances de réélection de Nicolas Sarkozy, qui avait obtenu 31,18% des voix au premier tour il y a cinq ans en captant une bonne part de l'électorat frontiste.

Cette année, moins d'un électeur de Marine Le Pen sur deux serait prêt à se prononcer pour le chef de l'Etat sortant, qui avait pourtant tenté une nouvelle entreprise de séduction.

Signe d'une élection dite de "crise", deux candidats "anti-système" se placent ainsi dans le quatuor de tête.

Le centriste François Bayrou fait les frais de cette recomposition politique. Troisième en 2007 avec 18,57% des voix, le président du Mouvement Démocrate (MoDem) est relégué en cinquième position 9,11% de s voix. "C'est un résultat décevant. (...) On a vécu une campagne consternante", a commenté sur TF1 Marielle de Sarnez, sa conseillère politique.

Le député béarnais, qui entend rassembler la diaspora centriste au lendemain du 6 mai, n'a pas dévoilé pour l'heure ses intentions pour l'entre-deux-tours - consigne de vote, ou pas, comme en 2007. Il a annoncé qu'il prendrait ses responsabilités après avoir écouté les réponses des deux finalistes en termes de "valeurs" et d'"action à conduire".

La candidate écologiste Eva Joly ne recueille que 2,28% des voix, mieux que Dominique Voynet en 2007 (1,57%) mais loin du meilleur score présidentiel des Verts : Noël Mamère avec 5,25% des voix en 2002. "Le score du FN est une tache sur les valeurs de notre démocratie, un avertissement pour chaque responsable", a-t-elle estimé.

Les candidats d'extrême gauche Philippe Poutou (NPA) et Nathalie Arthaud (Lutte ouvrière) obtiennent près de 2% à eux deux. Le souverainiste Nicolas Dupont-Aignan, président de "Debout la République", est crédité d'environ 1,80%.

Sophie Louet, édité par Yves Clarisse et Benjamin Massot


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.