Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Duel Essebsi-Marzouki pour la présidence tunisienne

Reuters25/11/2014 à 19:25

* Six points séparent les deux candidats du second tour * Les reports de voix seront déterminants * Essebsi accuse Marzouki d'être soutenu par les islamistes * Marzouki pointe le retour à un parti unique d'avant la "révolution de jasmin" par Tarek Amara et Patrick Markey TUNIS, 25 novembre (Reuters) - Le second tour de l'élection présidentielle en Tunisie opposera comme prévu le mois prochain Béji Caïd Essebsi, candidat de l'alliance laïque Nidaa Tounes, au président sortant, Moncef Marzouki. Essebsi est arrivé en tête du premier tour avec 39,46% des suffrages, d'après les résultats provisoires publiés mardi par l'Instance supérieure indépendante pour les élections (ISIE). Il devance de six points Moncef Marzouki, crédité de 33,43% des voix exprimées dimanche. La date du second tour n'a pas encore été arrêté; il devrait avoir lieu le 14, le 21 ou le 28. Après les législatives d'octobre, qui ont vu Nidaa Tounes l'emporter avec 86 élus devant les islamistes d'Ennahda (69 députés), ce scrutin présidentiel, le premier au suffrage universel direct, est le point d'orgue de la transition démocratique souvent chaotique entamée après la "révolution de jasmin" de 2011 et l'éviction de Zine Ben Ali. Président du Parlement et ministre des Affaires étrangères sous Habib Bourguiba, père de l'indépendance, Béji Caïd Essebsi, qui est âgé de 87 ans, se présente comme un homme d'Etat expérimenté à même d'achever cette transition et de "rendre son prestige" à la Tunisie. Ses rivaux, Marzouki en tête, le dépeignent comme un vestige des régimes autocratiques de Bourguiba puis de Ben Ali et craignent, après le succès de l'alliance Nidaa Tounes aux législatives d'octobre, un retour à l'"hégémonie d'un parti unique" qui ramènerait la Tunisie en arrière. Les adversaires de Marzouki lui reprochent eux son alliance avec les islamistes d'Ennahda, qui lui a permis d'être élu président par intérim fin 2011 par les députés de l'Assemblée constituante. Le parti Ennahda n'avait pas présenté de candidat à l'élection présidentielle ni donné de consignes de vote mais Béji Caïd Essebsi affirme que son rival a fait le plein des voix islamistes. "S'il a fait ce résultat, c'est qu'il a été principalement soutenu par les cadres d'Ennahda, même si les dirigeants d'Ennahda ont toujours clamé qu'ils laissaient les gens voter pour qui ils veulent", a-t-il déclaré sur France 24. "Il a rameuté les ligues de protection de la révolution qui sont des ligues de violence (...) Il a invité à ses meetings certains salafistes, ce qui fait un peu trop", a-t-il ajouté. REPORT DE VOIX La marge dont dispose Essebsi dans la perspective du second tour est plus réduite que ne le pensait son équipe de campagne, qui affirmait dimanche soir qu'il devançait d'une dizaine de points le président sortant. Elle préfigure une campagne serrée. Et les tractations ont déjà commencé entre les états-majors des deux candidats encore en lice et de ceux qui ont été éliminés dimanche. Le Front populaire (gauche), dont le candidat Hamma Hammami est arrivé en troisième position avec 7,82%, a d'ores et déjà rejeté tout appel à voter Marzouki du fait même de ses liens avec les islamistes d'Ennahda. Chokri Belaïd et Mohamed Brahmi, les deux opposants assassinés par des extrémistes islamistes en février et juillet 2013, étaient membres du Front populaire, qui accuse le gouvernement alors dirigé par Ennahda d'avoir été trop laxiste vis-à-vis de la mouvance islamiste radicale. Pour sa part, l'homme d'affaires Slim Riahi, qui a obtenu un peu plus de 5,5% des voix au premier tour, a indiqué qu'il était en contact avec les deux candidats mais a reporté sa décision à la semaine prochaine. Riccardo Fabiani, spécialiste de l'Afrique du Nord pour le groupe de consultants Eurasia, estime qu'Essebsi dispose d'un réservoir de voix plus large que Marzouki. "Il semble plus probable qu'Hammami et Riahi le soutiennent plutôt que le président sortant, parce qu'ils sont idéologiquement opposés à lui. En soutenant Essebsi, ils viseront à accentuer leur poids dans les négociations", explique-t-il. Les prérogatives présidentielles sont plus réduites que celles du Premier ministre, qui sera choisi parmi les membres du parti politique ou de la coalition ayant obtenu le plus grand nombre de sièges au parlement. Dans la nouvelle Assemblée, qui devrait tenir sa session inaugurale début décembre, Nidaa Tounes dispose de 86 des 217 élus. L'Union patriotique libre (UPL) de Riahi en a 16 et le Front populaire 15. (Tarek Amara et Patrick Markey, avec Sophie Louet à Paris; Danielle Rouquié et Jean-Philippe Lefief pour le service français, édité par Guy Kerivel)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.