1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Du tritium décelé dans l'eau potable de 6,4 millions de personnes
Le Parisien18/07/2019 à 06:20

Du tritium décelé dans l'eau potable de 6,4 millions de personnes

L'association pour le contrôle de la radioactivité dans l'Ouest (ACRO) a dénoncé mercredi, dans un communiqué, une « contamination » radioactive de l'eau potable alimentant 6,4 millions personnes en France. Elle s'appuie sur les concentrations en tritium, l'hydrogène radioactif rejeté par les installations nucléaires, pour la période 2016-2017.Selon l'association, 268 communes sont concernées, dont de « grandes agglomérations » comme Orléans, Blois, Tours, Angers, Nantes, et 122 communes d'Ile-de-France. « 6,4 millions de personnes sont alimentées par de l'eau contaminée au tritium » selon « des données fournies par le ministère de la Santé », affirme le laboratoire basé à Hérouville-Saint-Clair, dans l'agglomération de Caen. Cependant, « aucune valeur ne dépasse le critère de qualité de 100 Bq/L (Becquerel par litre) instauré par les autorités sanitaires », reconnaît l'association. Selon l'Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), bras technique de l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN, « le code de la santé publique fixe une référence de qualité de 100 Bq/L pour le tritium ». Ce seuil « ne représente pas une limite sanitaire » mais lorsqu'il est dépassé, il « entraîne une investigation complémentaire pour caractériser la radioactivité de l'eau ».Par ailleurs, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande « une valeur guide de 10 000 Bq/L pour le tritium dans l'eau de boisson, à considérer en cas de consommation permanente de l'eau », selon l'IRSN.Un atome « lanceur d'alerte »Mais « la présence régulière dans l'eau du robinet de tritium rejeté par les centrales nucléaires met en évidence un risque de contamination d'autres polluants radioactifs à des niveaux beaucoup plus élevés », argumente l'ACRO.« Le tritium est "un lanceur d'alerte" : en cas d'accident grave sur une des centrales nucléaires sur la ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer