1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

DSK plaide pour un Brexit rapide si les Britanniques ne votent pas l'accord
Le Parisien12/04/2019 à 09:31

DSK plaide pour un Brexit rapide si les Britanniques ne votent pas l'accord

C'est un anti-Brexit dépité et en colère qui s'exprime. Dominique Strauss-Kahn, ancien directeur général du Fonds monétaire international (FMI), plaide pour un Brexit rapide si les Britanniques devaient refuser de voter l'accord qui a été mis sur la table. Une ligne qui rejoint celle du président français. « Que le peuple britannique ait choisi de tracer sa route seul, c'est de mon point de vue une erreur, mais c'est sa liberté », écrit-il dans une tribune publiée jeudi soir par les Échos. Il critique à la fois « l'irresponsabilité » et les « mensonges » des promoteurs du Brexit, mais aussi l'action des Britanniques au sein de l'Union européenne en fonction de leur seul intérêt. LIRE AUSSI > Sur le Brexit, le cavalier seul de Macron« Dès lors, devant l'impasse, s'il devait s'avérer que le Parlement britannique refuse de voter l'accord qui est sur la table et si un second référendum n'est pas envisageable, alors il faut se séparer et il faut se séparer vite », conseille-t-il au lendemain d'un nouveau report du Brexit, au 31 octobre, décidé par les 27 membres de l'UE pour éviter un divorce sans accord.Des « attitudes tièdes et hésitantes »« Bien sûr, le 'hard Brexit' sera coûteux pour l'Union, et il le sera beaucoup plus encore pour les Britanniques. Mais ce coût n'est rien comparé à celui des tergiversations que nous voyons se dessiner », prévient-il. « Les attitudes tièdes et hésitantes, comme les reports successifs, mettent en péril ce que nous avons bâti », lance-t-il encore.DSK s'en prend aussi aux promoteurs les plus virulents du Brexit, « plus europhobes que Brexiters », qui « cherchent à nuire à l'Union plus qu'à servir leur pays », y voyant un « danger mortel » pour l'UE.Au final, « s'ils votent le projet de traité, ils sortiront de façon ordonnée car le travail de la Commission a été exemplaire ; s'ils revotent et ne veulent plus partir, ils ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M3039634
    12 avril10:14

    Les Britanniques ne sont pas les seuls à agir au sein de l'Union européenne en fonction de leur seul intérêt. C'est aussi le cas de l'Allemagne, de la Pologne, ...

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer