Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Droite et centre ne voteront pas une possible censure de gauche

Reuters18/05/2016 à 17:54

LR ET UDI NE VOTERONT PAS UNE ÉVENTUELLE CENSURE DE GAUCHE

PARIS (Reuters) - Les groupes Les Républicains (LR) et UDI (centriste) de l'Assemblée nationale ne voteront pas une motion de censure du gouvernement que pourrait déposer la "gauche de la gauche" pour faire barrage à la réforme du Code du travail.

La députée LR Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate à la primaire à droite pour l'élection présidentielle, a dit mercredi sur Europe 1 qu'elle n'excluait pas de voter une telle motion que les "frondeurs" de la gauche espèrent être en mesure de déposer en juillet, lors de la deuxième lecture à l'Assemblée.

Mais cette idée, qui entraînerait le renversement du gouvernement, est très peu partagée dans l'opposition.

"Nous sommes d'accord pour condamner les méthodes du gouvernement mais sur le fond nous ne le sommes pas", a dit à Reuters Daniel Fasquelle, député LR proche de Nicolas Sarkozy et par ailleurs trésorier du parti LR.

"Je ne suis pas d'accord pour voter une telle motion de censure", a-t-il ajouté. "Si c'est pour avoir un gouvernement encore plus à gauche, je n'en vois pas l'intérêt."

Philippe Vigier, le président du groupe UDI, a renchéri : "Si c'est un texte qui tape le libéralisme modéré qu'on incarne, on ne le votera pas."

Or, le chef de file des députés socialistes "frondeurs" a démontré que c'était bien son intention en se montrant sarcastique sur les propos de Nathalie Kosciusko-Morizet.

"Cela nous conduira à ce que la rédaction d'une éventuelle motion soit suffisamment tranchante pour être sûr qu'elle ne la vote pas", a-t-il lancé dans les couloirs de l'Assemblée.

LES "FRONDEURS" SE RENCONTRENT

Après que le gouvernement, la semaine dernière, a utilisé la procédure du 49-3 pour faire voter son projet de loi sur le travail, les groupes LR et UDI ont déposé une motion de censure qui a été rejetée.

Mais le groupe Front de gauche, quelques écologistes et 26 députés PS "frondeurs" ont tenté de déposer la leur. Il leur a manqué deux députés pour pouvoir la déposer. Ils n'ont regroupé que 56 signatures alors qu'il en fallait 58.

Depuis, la "gauche de la gauche" oeuvre afin de pouvoir le jour venu déposer une motion de censure et de rassembler les 58 signatures requises.

André Chassaigne (PC), le président du groupe Front de gauche, a confirmé qu'il avait rencontré mardi des "frondeurs" PS et des écologistes afin de réunir le moment venu les 58 signatures et que ces rencontres allaient devenir "régulières".

"L'idée, c'est que l'on soit 58 pour le prochain coup" pour la seconde lecture de la loi El Khomri en juillet, a dit à Reuters le député écologiste Noël Mamère.

Christian Jacob, le président du groupe LR, a confirmé mardi, que si le gouvernement réutilise la procédure du 49-3 lors de la seconde lecture par les députés de la loi travail, ce qui est très probable, une nouvelle motion de censure sera déposée dans la foulée.

(Emile Picy, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.