1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Drapeau français, Conseil d'évaluation... Les députés ont fini l'examen de la loi sur l'école
Le Parisien16/02/2019 à 11:10

Drapeau français, Conseil d'évaluation... Les députés ont fini l'examen de la loi sur l'école

L'Assemblée nationale a achevé, dans la nuit de vendredi à samedi, l'examen en première lecture du projet de loi « pour une école de confiance », dont certaines dispositions ont encore fait l'objet d'intenses débats. Les députés voteront sur le texte mardi avant son passage devant le Sénat. Voici ce qu'il faut en retenir.Drapeaux français et MarseillaiseLes députés ont confirmé la présence obligatoire dans les salles de classe des drapeaux tricolore et européen, ainsi que des paroles de l'hymne national, La Marseillaise. L'adoption, dans la nuit de lundi à mardi, de l'amendement d'Éric Ciotti (LR), avait créé des remous dans l'hémicycle, certains élus de gauche déplorant de ne pas avoir pu s'exprimer sur le sujet.Devant l'émoi suscité, le président de la commission des affaires culturelles et de l'éducation, Bruno Studer (LREM) avait demandé une seconde délibération, qui est intervenue à l'issue de l'examen du projet de loi. Elle s'est soldée par l'approbation de cette mesure à 29 voix pour, 10 contre et 5 abstentions.Regroupements d'écoles et de collègesLes parlementaires présents ont adopté par 35 voix contre 7 le regroupement de classes d'écoles et de collèges dans des « établissements publics locaux d'enseignement des savoirs fondamentaux ». L'idée est notamment d'avoir une plus grande « unité » entre le primaire et le collège, avec ces établissements qui pourront être organisés sur un même site ou en réseau. « Il n'y a derrière cette disposition aucune intention d'affaiblir l'école primaire rurale en France », a assuré le ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer. Il s'agit de donner « un élément supplémentaire dans la boîte à outils dont disposent les acteurs », mais pas d'« imposer » la création de ces établissements, a-t-il martelé.Des «pions» en renfortL'Assemblée nationale a donné son aval au « pré-recrutement » ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M363422
    16 février10:41

    Et si demain un autre excité a l'idée de revenir à l'uniforme, il suivra bien sûr. Et même si en plus on exige ensuite un salut au drapeau, il trouvera cela excellent y voyant "une plus grande unité entre les établissements scolaires et la Nation. Pour ce qui est par contre des postes aux concours (capes, agrégation), du niveau de rémunération des profs, des conditions de travail, de la formation il n'a rien à dire.Ce ne sont pas là ses premières préoccupations.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer