Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Doux et la FNSEA s'affrontent sur l'avenir du groupe

Reuters02/08/2012 à 22:48

JOUTE VERBALE ENTRE CHARLES DOUX ET LA FNSEA SUR L?AVENIR DU GROUPE VOLAILLER

par Pierre-Henri Allain

RENNES (Reuters) - Le secteur avicole français est en danger de mort après la décision du tribunal de commerce de Quimper (Finistère) de soutenir le plan de continuation du groupe volailler Doux, a estimé jeudi la FNSEA, principal syndicat agricole du pays.

L'actuel PDG du groupe, Charles Doux, a obtenu mercredi la poursuite de la période d'observation pour les pôles export et produits élaborés du groupe et le placement en liquidation judiciaire du pôle frais, en attendant des repreneurs.

Les juges du Finistère ont donc rejeté l'offre du groupe agro-industriel Sofiprotéol, dirigé par Xavier Beulin, qui est également le président de la FNSEA.

Le tribunal a jugé irrecevables les offres de reprises du consortium conduit par Sofiprotéol dans la mesure où, émanant de plusieurs noms de l'agro-alimentaire tels LDC, Duc, Tilly-Sabco, ou Terrena, elles étaient assorties "d'une condition d'indivisibilité et d'indissociabilité".

En raison de cette condition, les juges ont estimé qu'ils ne pouvaient "statuer en toute liberté sur les plans de cession" proposés par chacune de ces offres.

Dans un communiqué, la FNSEA regrette que le tribunal ait choisi d'"offrir à un banquier britannique notre groupe avicole de dimension nationale", allusion au fait que Charles Doux prévoit d'octroyer une participation de 80% à la banque Barclays, qui détient une créance de 140 millions d'euros sur le groupe en redressement judiciaire depuis le 1er juin.

"Nous interpellons tous les responsables politiques sur le secteur avicole français qui vit une épreuve dont il ne se remettra sans doute pas", ajoute la FNSEA, qui demande que Doux honore toutes les créances dues aux éleveurs.

NOUVEL ÉPISODE DRAMATIQUE ?

Coiffant sa casquette de président de Sofiprotéol, Xavier Beulin a fait la même demande et s'est inquiété de savoir s'il y aurait un repreneur pour le pôle frais.

"Je ne pense pas que Barclays ait envie d'investir durablement dans la filière avicole. Je crains que nous risquions dans quelques mois de vivre un second épisode dramatique", a-t-il dit sur le site de la FNSEA.

Il s'est attiré vendredi une vive réplique de Charles Doux.

"Vous n'êtes manifestement pas en phase avec certains de vos adhérents et nous vous rappelons que l'offre du consortium que vous avez conduite sur l'export conduisait à la suppression de 200 éleveurs", lui répond-il dans une lettre ouverte.

"Concernant le frais, vous vous inquiétez du maintien des offres des candidats s'étant intéressés au pôle frais, or ce sont les candidats du consortium justement dirigé par vous-même", ajoute-t-il en demandant à Xavier Beulin d'"enterrer la hache de guerre" pour trouver une solution.

Sofiprotéol avait fait savoir jeudi que "les acteurs de l'offre coordonnée de Sofiprotéol" doutaient de "la viabilité des sites de 'Doux frais' sortis d'un projet industriel global", compte tenu des liens de ce pôle avec les autres entités.

"Il appartient à Sofiprotéol de laisser les candidats faire leurs offres sur le frais plutôt que de critiquer le groupe Doux", écrit de son côté Charles Doux.

Dans l'offre du consortium, LDC se proposait de reprendre les sites de Laval (Mayenne) tandis que Duc aurait repris les sites de Blancafort (Cher) et de Boynes (Loiret) et Terrena, l'abattoir de Sérent (Morbihan), autant d'établissements tournés vers le pôle frais.

"Le schéma de Doux est solide et durable et c'est par le plan de continuation que nous paierons les créanciers", affirme le PDG du groupe, qui doit finaliser ce plan pour les pôles export et produits élaborés dans les prochains mois, la période d'observation ayant été reconduite jusqu'au 30 novembre, avec un examen intermédiaire fixé au 9 octobre.

Le dépôt des offres de reprises pour le pôle frais, qui emploie environ 1.700 personnes sur un total de 4.190 salariés, a été fixé au 10 aout, avec prolongation de cette activité jusqu'au 10 septembre.

Edité par Yves Clarisse


Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.