1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Donald Trump, le meilleur atout d'Hillary Clinton

Le Point08/08/2015 à 14:47

En faisant le show à ce stade de la primaire, Trump écrase ses adversaires les plus sérieux.

Le premier débat de la présidentielle 2016, opposant dix candidats républicains sur dix-sept dans le stade de basket de Cleveland, venait à peine de commencer que Donald Trump a montré qu'il ne suivrait aucune règle du jeu. Il a suffi pour cela que le modérateur s'adresse aux candidats pour leur demander s'ils étaient prêts à soutenir celui d'entre eux qui gagnerait les primaires républicaines. Le milliardaire a levé la main pour dire qu'il ne souscrirait pas un tel engagement, qu'il espérait bien gagner la course, mais qu'il n'hésiterait pas, en cas d'échec aux primaires, à se présenter à la présidentielle en candidat indépendant.

Si Donald Trump met sa menace à exécution, les républicains sont assurés de perdre la présidentielle. Et le hasard fait que ce serait une fois de plus au profit d'un Clinton. En 1992, en effet, le milliardaire Ross Perot s'était, lui aussi, présenté en indépendant. Face à lui, George H. W. Bush, le président républicain sortant, vice-président de Ronald Reagan pendant huit ans, et, pour les démocrates, un candidat presque inconnu, gouverneur de l'Arkansas : Bill Clinton. Perot avait réussi à la surprise générale à rassembler sur sa candidature 19 millions de voix, sans doute plutôt conservatrices. Bien plus que celles qui ont manqué à George Bush, battu par Clinton de 5 millions de voix.

Trump, ce milliardaire incontrôlable, qui consacre plus de temps à insulter ses adversaires via...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer