1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Dominique Baudis, mort d'un homme aux 1 000 vies !

Le Point11/04/2014 à 08:24

Dominique Baudis.

Toulouse a perdu l'homme qui fut son maire de 1983 à 2001. Durant 18 ans, Dominique Baudis aura veillé sur la destinée de la Ville rose. Né en 1947 à Paris, marié et père de trois enfants, il s'est éteint jeudi 10 avril à l'hôpital du Val-de-Grâce à Paris à l'âge de 66 ans. Ironie du sort, il décède moins d'une semaine après que Jean-Luc Moudenc, ancien édile UMP-UDI de Toulouse, retrouve son fauteuil au Capitole. Fils de Pierre Baudis, qui dirigea lui aussi la capitale de la région Midi-Pyrénées (de 1971 à 1983), il avait toujours rêvé d'embrasser une destinée politique.Mais avant de s'en remettre au vote des électeurs, Dominique Baudis, diplômé de Sciences politiques Paris, commence par une carrière médiatique. D'abord comme journaliste pour la télévision et la radio à Beyrouth, de 1971 à 1975, début de la guerre civile qui fit rage au Liban. Il devient ensuite le correspondant de l'ORTF et de TF1 pour le Proche-Orient, puis grand reporter pour la même chaîne. L'envie des plateaux est forte, et Dominique Baudis passe de l'autre côté de l'écran dans la peau du présentateur du journal télévisé de 20 heures de TF1 de 1977 à 1980, avant de prendre les rênes du Soir 3 de FR3 jusqu'en 1982. C'est sur cette même troisième chaîne qu'il assure durant l'année 1982 les relations avec le Sénat. Tout s'enchaîne à vitesse grand V pour Dominique Baudis, qui, à peine quelques mois plus tard, succède à son père à Toulouse. Avec son...

Lire la suite sur Le Point.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer