Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Dix millions de Français frappés par la crise du logement

Reuters01/02/2013 à 08:47

LA CRISE DU LOGEMENT TOUCHE DIX MILLIONS DE FRANÇAIS SELON LA FONDATION ABBÉ PIERRE

PARIS (Reuters) - Dix millions de personnes sont affectées par la crise du logement en France, selon le 18e rapport annuel de la Fondation Abbé Pierre sur l'état du mal-logement publié vendredi.

Il s'agit du premier rapport publié depuis la prise de fonction de François Hollande qui a signé en février 2012 le "contrat social" de la Fondation qui prévoit la production de 500.000 logements par an, dont 150.000 sociaux.

Reçue à l'Elysée jeudi matin, une délégation de la Fondation Abbé Pierre a décrit un "chef de l'Etat très au fait du problème et de la situation".

"Il a déclaré qu'il ne renierait aucun des engagements pris l'année dernière en dépit de la situation budgétaire et économique actuelle", a dit à Reuters le délégué général de la Fondation, Patrick Doutreligne.

François Hollande devrait effectuer très prochainement un déplacement sur le thème du logement au cours duquel il pourrait annoncer une série de mesures.

Six ans après la mort de l'Abbé Pierre, la fondation éponyme recense 685.142 personnes privées de domicile personnel, dont 133.000 sans domicile, 18.142 en résidence sociale, 38.000 en chambre d'hôtel, 85.000 dans des "habitations de fortune" et 411.000 contraintes de vivre chez des tiers.

Quelque 2,7 millions de personnes vivent par ailleurs dans des conditions de logement jugées "très difficiles", sans confort ou très surpeuplé. Le rapport fait également état de 172.847 personnes vivant dans des logements meublés et 71.188 gens du voyage ne pouvant accéder à une aide d'accueil.

Au total, ce sont plus de 3,6 millions de personnes qui sont mal logées. S'ajoutent 5 millions de personnes fragilisées par rapport au logement, c'est-à-dire occupant une copropriété en difficulté, un logement surpeuplé, ou devant faire face à des impayés.

ENGAGEMENTS

Le rapport fait également état de 1,179 millions de ménages en attente d'un logement social, de 3,8 millions de ménages en situation de précarité énergétique, de 1,3 million de locataires en difficulté de paiement tout comme 565.000 propriétaires, et de 91.000 ménages menacés d'expulsion.

La publication de ce rapport survient alors que plusieurs affaires de mal-logement ont été récemment médiatisées. Une mère célibataire d'une trentaine d'années a ainsi été expulsée mi janvier, en pleine trêve hivernale, de son logement de 4m2 à Paris après trois mois d'impayés.

En signant le "contrat social pour une nouvelle politique du logement" en 2012, François Hollande s'était engagé à atteindre l'objectif de 500.000 logements par an, généraliser la taxe sur les logements vacants dans les zones de marché tendu, encadrer les loyers privés et éradiquer 600.000 logements indignes.

Lors de sa rencontre jeudi avec la Fondation Abbé Pierre, le chef de l'Etat a "souligné que les efforts devaient être poursuivis pour favoriser la production de logements", selon un communiqué de l'Elysée.

"Un an après le changement de majorité politique, un certain nombre de dispositions ont été adoptées, des perspectives ont été tracées", estime la Fondation Abbé Pierre dans son rapport. "Certes on ne peut pas attendre des résultats significatifs après six mois d'action gouvernementale mais on peut toutefois apprécier si elle s'engage dans la bonne direction."

La Fondation relève entre autres les mesures de soutien au développement de la construction locative sociale, la mise en place d'un nouveau dispositif pour encourager l'investissement locatif ainsi que les dispositions concernant la taxation des logements vides ou les réquisitions.

L'organisation pointe en revanche une démarche "chaotique" du gouvernement en matière d'accueil d'urgence.

"Après une rallonge budgétaire habituelle et l'annonce de la création de nouvelles places, la démarche engagée semble toutefois aller dans le bon sens", juge-t-elle.

Quant à la gestion des expulsions, le gouvernement a "mêlé réponses en urgence et annonce de démarches plus lointaines", déplore la Fondation Abbé Pierre.

"La circulaire du 26 octobre sur la gestion des expulsions locatives a été beaucoup trop tardive pour être efficace et n'a pas su limiter les effets sociaux les plus dévastateurs des expulsions qui se sont poursuivies jusqu'au 31 octobre."

Marine Pennetier

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.