1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Dix ans après Lehman, le mea culpa des dirigeants de l'OCDE et de la BCE
Le Parisien14/09/2018 à 14:55

Dix ans après Lehman, le mea culpa des dirigeants de l'OCDE et de la BCE

Il y a tout juste dix ans, le 15 septembre 2008, la faillite de la banque Lehman Brothers plongeait l'économie mondiale dans une crise financière sans précédent depuis celle de 1929. Le secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurria, a reconnu vendredi n'avoir pas vu venir la crise provoquée par la faillite de la banque. «En juin 2007, au terme de ma première année en fonction, les prévisions économiques de l'OCDE assuraient que la situation économique n'avait pas été aussi bonne depuis des années», a-t-il affirmé lors d'une réunion à Paris consacrée aux leçons de la crise. Pire, l'Organisation pour la coopération et le développement économiques (OCDE) se montrait également «optimiste à l'égard du marché des crédits immobiliers américains.» Les choses étaient «inéluctables »De son côté, Jean-claude Trichet alors gouverneur de la Banque centrale européenne (BCE) de 2003 à 2011 a récemment avoué dans un entretien à l'AFP que des signaux avaient laissé entrevoir une fragilité du marché hypothécaire américain mais que c'est le 9 août au matin qu'il a pris véritablement conscience de cette crise. Ce jour là, BNP Paribas gèle trois de ses fonds aux Etats-Unis dont l'encours a fondu de 400 millions d'euros en quelques jours. Dès lors, les banques ne se font plus confiance entre elles et la panique gagne le marché monétaire. «La situation était sans précédent depuis la deuxième guerre mondiale : il n'y avait plus aucune activité normale, plus aucune transaction entre banques, plus de taux d'intérêt sur le marché. (...) Je prends alors avec mes collègues la décision de donner toute la liquidité demandée par les institutions financières sans limite.» Selon lui, il y avait deux écoles à l'époque: ceux qui pensaient que la crise des subprime annonçait quelque chose de grave et de majeur à venir et ceux qui estimaient qu'il ne s'agissait que d'une simple correction du marché, plutôt saine et sans ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • mlemonn4
    14 septembre16:41

    Cela ne coûte pas cher !!! C'ets vraiment se foutrre de la tête des gens dans toute sa splendeur !

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer