Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Divisée sur son avenir, l'UE cherche un accord sur son budget

Reuters07/02/2013 à 09:15

L'UE CHERCHE UN ACCORD SUR SON BUDGET

par Julien Ponthus et Emmanuel Jarry

PARIS (Reuters) - Trois mois après une première tentative avortée, les dirigeants de l'Union européenne tenteront de nouveau jeudi et vendredi à Bruxelles de s'entendre sur un budget pour les années 2014-2020, sur fond de divergences sur l'avenir de l'Europe.

Instances et capitales européennes veulent croire cette fois à la possibilité d'un compromis, même aux forceps, entre les Vingt-Sept, sous le regard de leur homologue croate dont le pays deviendra membre à part entière le 1er juillet.

Ce Conseil européen sera l'occasion pour François Hollande et David Cameron, qui ont des visions radicalement différentes de l'Union européenne, de croiser le fer et pour Angela Merkel de jouer les arbitres.

A la volonté du Premier ministre britannique de réduire l'Union à sa dimension de marché unique, le président français a répliqué mardi, devant le Parlement européen de Strasbourg, par un plaidoyer pour une intégration toujours plus poussée.

Le premier agite la perspective d'un référendum sur le maintien du Royaume-Uni dans l'UE. Le second peut se prévaloir du soutien des eurodéputés et arrive à Bruxelles auréolé du succès de l'opération militaire française au Mali.

La France est à la tête d'un groupe de pays comme la Pologne ou l'Italie, qui veulent préserver le budget de la politique agricole et les fonds de cohésion de l'UE, tout en la dotant d'instruments de soutien à la croissance et l'emploi.

Le Royaume-Uni, partisan de coupes budgétaires importantes, revendique le soutien de l'Allemagne, de la Suède, des Pays-Bas, de l'Autriche, de la Finlande et du Danemark, pour lesquels l'UE ne peut pas s'exonérer des efforts de rigueur auquel chaque Etat membre s'astreignent pour réduire leur endettement.

LA PRESSION MONTE

La Commission européenne proposait initialement un budget global de 1.060 milliards d'euros, hors Fonds européen de développement, à comparer avec 1.007 milliards pour 2007-2013.

Le président du Conseil européen, Herman Van Rompuy, avait ramené en novembre cette enveloppe à 983,5 milliards, - montant jugé à l'époque comme le minimum acceptable par la France et le Parlement européen, qui brandit la menace d'un vote négatif à bulletin secret - mais encore trop élevé par Londres et Berlin.

Comme toujours à la veille de tractations difficiles, les protagonistes ont fait monter la pression.

"Les dépenses doivent être réduites encore davantage", a ainsi déclaré le porte-parole de David Cameron. "Si ça ne bouge pas, alors l'accord ne sera pas faisable."

La chancelière allemande a estimé qu'un accord à Bruxelles n'était pas certain, tandis que François Hollande a évoqué mardi à Strasbourg une situation "plus difficile" qu'en novembre.

Le président français a ajouté cet avertissement : "Ceux qui sont les plus attachés à vouloir des coupes sont les pays qui ont le plus à perdre si on revient à l'annualisation du budget."

Sans accord sur le cadre financier 2014-2020, c'est en effet le budget annuel actuel qui sera reconduit. Hormis le Royaume-Uni, qui garderait le "rabais" sur sa contribution arraché en 1984 par Margaret Thatcher, les pays bénéficiant de telles réductions, comme l'Allemagne, perdraient leur "chèque".

Selon une source proche de François Hollande, la France serait cependant prête à accepter encore quelques milliards de réduction si c'est le prix d'un compromis.

Au-delà des déclarations officielles, les Britanniques, qui réclamaient encore en novembre 30 milliards d'euros de coupes supplémentaires, ne seraient plus aussi exigeants.

"Ils ont tout gagné avant que le sommet commence. Ils ont obtenu des coupes et en auront d'autres, ils vont garder leur rabais et le reste leur est égal", souligne une source proche des négociations.

VOLONTÉ DE COMPROMIS

Hormis l'enveloppe globale, sur laquelle Herman Van Rompuy fera une nouvelle proposition, les tractations butent aussi sur sa répartition et la question dite des "ressources" - c'est-à-dire des rabais, dont Paris demande une remise à plat.

Les Français ont cependant conscience qu'ils n'auront pas gain de cause et se contenteraient d'une solution intermédiaire.

"Je comprends bien qu'il n'est pas encore possible de mettre à bas l'ensemble de ces mécanismes", a déclaré mardi François Hollande. "Mais à tout le moins conviendra-t-il de plafonner les contributions d'un certain nombre de pays à leur financement."

Pour nombre de diplomates et responsables européens les positions des uns et des autres ne sont pas irréconciliables.

François Hollande et Angela Merkel avaient mercredi soir une ultime occasion d'accorder leurs violons avant le sommet, en marge d'un match de football amical France-Allemagne. En tout état de cause, assure l'Elysée, "ce n'est pas un désaccord entre la France et l'Allemagne qui créera un blocage".

Le ministre polonais des Affaires européennes, Piotr Serafin, s'est dit confiant - "L'impression est meilleure (...) et les espoirs d'accord plus grands."

"Je pense qu'un compromis sera trouvé", dit Benedicta Marzinotto, du think tank européen Bruegel. Un avis partagé par un porte-parole de la Commission européenne.

"Tous les Etats membres ont compris qu'il fallait un accord, le temps a fait son travail", a-t-il déclaré.

Il n'en a pas moins regretté par avance que le futur budget ne soit pas à la hauteur des ambitions initialement affichées : "C'est malheureux pour les villes et les régions d'Europe, pour les chercheurs, les ONG, les PME et les étudiants européens."

S'il y a accord sur l'enveloppe globale, le risque est en effet grand que ce soit aux dépens des crédits prévus pour la compétitivité, l'emploi et l'action extérieure de l'UE, en faveur des politiques "traditionnelles", comme l'agriculture.

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.