1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Disparition des distributeurs de billets, enquête sur un phénomène qui touche aussi l'Ile-de-France
Le Parisien30/09/2019 à 13:46

Disparition des distributeurs de billets, enquête sur un phénomène qui touche aussi l'Ile-de-France

On inaugure même les distributeurs de billets (DAB) ! A Persan (Val-d'Oise), ville de 13 000 âmes, les habitants ont rendez-vous le samedi 28 septembre près du conservatoire pour un verre de l'amitié. Pour quel heureux événement ? Célébrer un nouvel automate de la Société Générale. Le résultat d'un combat de longue haleine pour l'équipe d'Alain Kasse, le maire (DVD) qui a vu fermer les uns après les autres, les points de retraits d'argent dans sa ville. Et sans sommation. La Caisse d'Epargne, le Crédit Lyonnais... tous partis. Il ne restait plus que La Poste et le Centre Leclerc. «Sans ce DAB, le marché forain et ses 60 commerçants a bien failli être tué dans l'œuf », indique-t-on en mairie de Persan.Pas si anodin que ça, le guichet automatique bancaire pour la vie d'une commune. Et cette vague de départs inquiète. « La situation s'aggrave, elle ne touche plus seulement la ruralité mais aussi les zones urbaines », constate ainsi Serge Maître, porte-parole de l'Association française des usagers de banques (Afub). Pour lui, la vitalité économique des villes est en jeu.« La désertification bancaire ne cesse de s'étendre »Le cas de Persan n'est pas isolé. A Champigny (Val-de-Marne), 78 000 habitants, quatre fermetures de banques depuis 2016 et autant de DAB. Le maire Christian Fautré (PCF) s'est fendu en août dernier, d'un courrier au ministre de l'Economie, Bruno Lemaire, pour dénoncer « la désertification bancaire qui ne cesse de s'étendre » et la crainte de « voir s'instaurer de nouvelles fractures au sein de la société ». A Sartrouville (Yvelines), les habitants du Plateau ont crié à l'abandon au départ de la Société Générale, en juin dernier. Ils sont priés d'aller au guichet à Argenteuil, dans le département voisin. En France, ce sont 3000 distributeurs qui ont fermé en trois ans, selon le rapport de la Banque de France rendu public en juin 2019. Seule la Banque ...

Lire la suite de l'article sur LeParisien.fr

10 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • M363422
    19 septembre12:21

    Savoir que pour les banques, la monnaie dite fiduciaire (les billets) est une fuite dans leurs circuits de création monétaire (dite scripturale) ce qui les oblige à détenir de la monnaie banque centrale. Et donc crée une certaine dépendance vis à vis de la BCE. Pourtant celle-ci a jusqu'ici largement favorisé les banques.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer