Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Dimanche de prière pour les Philippins touchés par Haiyan

Reuters17/11/2013 à 12:47

DIMANCHE DE RECUEILLEMENT POUR LES RESCAPÉS DU TYPHON HAIYAN AUX PHILIPPINES

par Aubrey Belford

CABUNGAAN, Philippines (Reuters) - Les populations touchées par le typhon Haiyan dans le centre des Philippines se sont rendues en masse dimanche dans les églises pour prier et communier neuf jours après la catastrophe qui a fait au moins 3.681 morts, déplacé quatre millions de personnes et provoqué des dégâts matériels considérables.

Critiqué pour sa gestion de la catastrophe alors que l'aide humanitaire peine à atteindre certaines zones reculées, le président philippin Benigno Aquino s'est rendu sur place ce dimanche. Comme il s'y est déjà employé au cours de la semaine écoulée, le chef de l'Etat a tenté de rejeter la responsabilité des problèmes sur les autorités locales coupables, à ses yeux, d'un manque de préparation.

A Guiuan, localité durement frappée sur le littoral de la province orientale de Samar, il a félicité le maire pour l'efficacité de la procédure d'évacuation de la ville, ce qui a permis de limiter le nombre de morts à moins de 100, en jugeant que cela contrastait fortement avec ce qui s'était passé dans d'autres endroits.

"Ailleurs, je préfère ne pas en parler. En tant que président, je n'ai pas le droit de me mettre en colère même si je suis déjà contrarié. Je m'en tirerai avec des aigreurs d'estomac", a-t-il dit.

Vendredi, les autorités philippines et les agences internationales estimaient à 900.000 le nombre de déplacés. Le chiffre a été spectaculairement revu à la hausse, on parle à présent de quatre millions de personnes.

D'après les Nations unies, près de 250.000 habitations ont été touchées, la moitié d'entre elles détruites par les rafales de vent et les pluies qui se sont abattues sur le centre des Philippines, principalement dans les provinces de Leyte et Samar.

Le gouvernement philippin recense par ailleurs 1.186 disparus.

"DE LA PART DU PEUPLE AMÉRICAIN"

Si la distribution de l'aide d'urgence s'organise, notamment par le biais des rotations des hélicoptères arrivés sur place à bord du porte-avions américain George-Washington, les habitants de certaines zones montagneuses difficilement accessibles continuent de souffrir de la faim.

L'Onu souligne que les informations en provenance de plusieurs provinces dans l'ouest de la région des Visayas demeurent "limitées" et que 60% des habitants des villes de la province de Capiz, sur une île située à l'ouest de Tacloban, ont besoin d'une aide alimentaire.

"Je demeure préoccupée par la santé et le bien-être de millions d'hommes, de femmes et d'enfants qui sont toujours dans la détresse", a déclaré Valerie Amos, secrétaire générale adjointe de l'Onu chargée des affaires humanitaires.

A Cabungaan, un village de l'intérieur du district de Tanauan dans la province de Leyte, l'arrivée d'un hélicoptère Seahawk américain a représenté la première aide extérieure depuis le passage du typhon.

Enfants en tête, des villageois ont accouru vers l'hélicoptère à son atterrissage sur une pelouse non loin de leurs cabanes. Deux membres d'équipage ont alors déchargé des caisses d'aide portant l'inscription "De la part du peuple américain" en déclenchant des cris de joie et de remerciements de la part des habitants.

Depuis une semaine, les quelque 200 habitants du village se nourrissaient d'un repas par jour composé de "poisson séché, parfois de noix de coco, pas suffisamment de riz", a dit Richel Maballo, 19 ans. Suffisamment éloigné de la côte, le village n'a pas subi la hausse du niveau de la mer qui a dévasté la capitale régionale, Tacloban, et aucun mort n'y a été recensé.

ÉGLISE SANS TOIT

De retour dans les airs, un membre de l'équipage de l'hélicoptère, Jeremy Smith, a expliqué par écrit que cette distribution d'aide avait été calme "comparée à d'autres où des hélicoptères ont été pris d'assaut".

En l'état, le gouvernement estime à une dizaine de milliards de pesos (environ 170 millions d'euros) les dégâts matériels essuyés par l'agriculture et les infrastructures.

Si les agriculteurs ne reçoivent pas rapidement de l'aide, la facture pourrait croître, prévient l'Onu. En décembre et janvier, en effet, l'heure sera aux nouvelles plantations dans la riziculture.

Le secteur de la pêche, autre ressource alimentaire cruciale dans cette région, a également été fortement touché.

"La destruction de bateaux, de matériels de pêche, de bassins de pêche et d'équipements a privé de nombreuses familles de tout moyen de subsistance et fait chuter l'apport en protéine", a prévenu le Bureau de coordination des affaires humanitaires de l'Onu (Ocha).

Dans l'église catholique de Santo Niño, près du front de mer de Tacloban, où une partie du toit a été arrachée, des oiseaux volent au-dessus des fidèles. Parmi eux, Rosario Capidos, 55 ans, en larmes, qui serre dans ses bras son petit-fils de neuf ans, Cyrich.

Le 8 novembre, lorsque Haiyan a frappé, cette grand-mère s'était réfugiée avec des membres de sa famille dans sa maison. Quand l'eau a monté, elle a installé trois de ses petits-enfants sur une planche de polystyrène et les a emmenés à l'abri en traversant une rue inondée et charriant des débris en tout genre.

Sa famille a survécu. "C'est pour cela que je pleure, je rends grâce à Dieu pour m'avoir accordé une deuxième chance", dit-elle.

Henri-Pierre André et Bertrand Boucey pour le service français

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.