Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Dijsselbloem évoque le risque d'un "mini-Schengen"

Reuters27/11/2015 à 11:22
    BRUXELLES, 27 novembre (Reuters) - Le président de 
l'Eurogroupe Jeroen Dijsselbloem avertit que les pays qui 
rechignent à participer au programme d'accueil des réfugiés dans 
l'Union européenne pourraient se retrouver exclus d'une 
"mini-zone Schengen". 
    Dans une interview publiée vendredi par les quotidiens des 
affaires belges De Tijd et L'Echo, le ministre néerlandais des 
Finances juge que la zone Schengen ne peut pas être viable si 
seulement une poignée de pays membres acceptent la plupart des 
réfugiés qui ont afflué en Europe ces derniers mois.  
    "Plusieurs pays paient plus cher la facture de la crise 
migratoire au motif qu'ils accueillent davantage d'immigrés. Il 
s'agit de la Suède, de l'Allemagne, de l'Autriche, de la 
Belgique et des Pays-Bas", déclare Jeroen Dijsselbloem.  
    "Certains pays considèrent que ce n'est pas leur problème, 
mais le nôtre. Ce qui met évidemment à mal le principe de 
solidarité." 
    Beaucoup des 26 pays membres de l'espace Schengen, en 
particulier les pays d'Europe orientale, s'opposent au plan de 
répartition mis au point par la Commission européenne pour 
alléger le fardeau des pays les plus impliqués dans l'accueil de 
migrants et réfugiés dans l'UE.  
    Jeroen Dijsselbloem, qui dit vouloir préserver la zone 
Schengen, estime cependant que si des pays ne participent pas à 
l'effort commun, d'autres devront agir seuls, car le trop grand 
nombre de demandeurs d'asile pourrait mettre en péril leur 
Etat-providence.  
    "Les pays se font concurrence pour refouler les demandeurs 
d'asile. C'est pourquoi nous devons collaborer plus étroitement 
avec les 28 pays de l'UE. Et si cela ne fonctionne pas, il faut 
pouvoir créer un groupe plus réduit", dit-il. 
    "L'Europe jouit d'un système d'État-providence efficace. 
Pour qu'il le reste, il convient de surveiller les frontières 
extérieures. Si nous n'y parvenons pas, de nombreuses personnes 
viendront frapper à notre porte pour obtenir des allocations et 
compromettront notre système. C'est ce qui se passe actuellement 
aux Pays-Bas", ajoute Jeroen Dijsselbloem.  
    "Si nous ne surveillons pas les frontières externes de 
l'UE28, si nous ne surveillons pas les frontières externes de 
l'espace Schengen, il est alors peut-être utile de le faire au 
niveau d'un mini-Schengen. Et si cela ne fonctionne pas, ce sera 
chacun pour soi. Je ne souhaite pas qu'on en arrive là", 
poursuit le ministre néerlandais.  
    Les Pays-Bas ont été les premiers à évoquer l'idée d'un 
"mini-Schengen" il y a huit jours, un projet distinct des 
propositions françaises de contrôle systématique aux frontières 
extérieures de l'espace Schengen avancées après les attentats du 
13 novembre.  ID:nL8N13E35A  
    L'Allemagne, sans qui le projet ne peut aboutir, a cependant 
réaffirmé vendredi, par la voix d'un haut responsable, qu'elle 
souhaitait "conserver Schengen dans sa forme actuelle".  
    Mercredi, le président de la Commission européenne a lié le 
sort de l'espace Schengen à celui de l'euro, estimant que l'un 
n'allait pas sans l'autre.  ID:nL8N13K3LH  
    Vingt-deux pays membres de l'UE font partie de l'espace 
Schengen, auxquels s'ajoutent la Norvège, l'Islande, la Suisse 
et le Liechtenstein.  ID:nL8N13F1CO  
 
 (Thomas Escritt; Jean-Stéphane Brosse pour le service français) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.