1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Diesel : les constructeurs font de la résistance
Le Parisien25/03/2019 à 08:39

Diesel : les constructeurs font de la résistance

Il a beau s'époumoner contre la fin du diesel, le mouvement semble inéluctable. Carlos Tavares, le patron de PSA Peugeot Citroën, continue pourtant de mouiller la chemise pour défendre ce type de motorisation, en plein déclin. Une question d'emploi - sur les 38 000 postes de la filière, 15 000 pourraient disparaître à court terme, d'après l'observatoire de la métallurgie - mais aussi d'environnement.Car, à en croire les défenseurs de cette technologie, les nouveaux modèles seraient bien moins polluants que les précédentes générations. La riposte ne s'est pas fait attendre : des médecins réunis au sein de l'association Air Santé Climat avancent, eux, que « le diesel propre n'existe pas ». Qui croire ?En coulisses, les constructeurs et leurs sous-traitants mènent un intense lobbying pour réhabiliter le gazole. Après 30 ans d'une cote d'amour folle, dopée par de généreuses subventions publiques, la part de cette motorisation est passée de 73 % à 35 % entre 2012 et 2019 dans l'Hexagone. « On a gagné la guerre technologique, mais on a perdu sur le terrain politique », se lamente un porte-parole de PSA, qui maintient que les nouveaux diesels sont quasi irréprochables sur le plan environnemental.Les consommateurs n'ont plus confianceSi le diesel subit un gros coup de pompe, c'est d'abord parce que la confiance des consommateurs a été écornée par le dieselgate, fraude menée par plusieurs constructeurs, Volkswagen en tête, pour maquiller la pollution des moteurs diesels. Mais aussi parce que les prix ne sont plus si intéressants et parce qu'on entend que des villes pourraient restreindre l'accès à ces voitures de monsieur et madame tout-le-monde. Alors l'industrie cherche du soutien... et en trouve.LIRE AUSSI >L'indépendance des contrôles antipollution en questionBercy a fait savoir qu'il pourrait accorder la vignette Crit'air 1 - réservée aux voitures les moins polluantes - aux ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

9 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • aiki41
    25 mars07:32

    Quant au changement climatique, il y a bien changement climatique. dans les années 70-80 tous les experts prédisaient un refroidissement du climat à cause de nos activités humaines ('sur la base des nombreuses données météorologiques') et aujourd'hui les experts dont certains sont les mêmes que dans les années 70-80 prédisent un réchauffement climatique du fait de nos activités humaines et dans 20 ans quelles couleuvres vont ils vouloir nous faire avaler ?

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer