Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Devant la CFDT, Valls met le Medef en garde contre tout ultimatum

Reuters05/11/2014 à 20:33

PARIS, 5 novembre (Reuters) - Manuel Valls a lancé mercredi devant la CFDT un message de fermeté à l'adresse d'un patronat hésitant à jouer le jeu des contreparties au Pacte de responsabilité, affirmant que l'engagement ne saurait être soumis à aucun "ultimatum". A l'occasion du 50e anniversaire du syndicat réformiste, le Premier ministre a plaidé pour un syndicalisme fort, indispensable à un dialogue social qui doit être "un moteur et non un frein à la réforme". Les revendications "ne doivent jamais être le prétexte à l'inaction et au blocage", a-t-il dit. "Il n'est pas possible de soumettre sans cesse la volonté de s'engager à je ne sais quel préalable, à je ne sais quel ultimatum. Pour avancer, chacun doit prendre ses responsabilités." Manuel Valls avait déjà haussé le ton la veille lors de l'installation du comité de suivi des aides publiques aux entreprises et des engagements, sommant les branches professionnelles d'engager et de faire aboutir les négociations dans le cadre du Pacte de responsabilité. ID:nL6N0SU39Y Le secrétaire général de la CFDT, Laurent Berger, s'est lui aussi adressé au monde patronal : "Faites-vous le choix du dialogue social ? Allez-vous enfin respecter vos engagements et assumer vos responsabilités, notamment dans le cadre du Pacte de responsabilité ?", a-t-il demandé. SYNDICALISME FORT Devant le seul grand syndicat ayant signé des accords avec le gouvernement depuis deux ans et demi, Manuel Valls a plaidé pour un syndicalisme fort. "Nous avons besoin du syndicalisme, nous avons besoin de syndicats forts et nous avons besoin de syndicalistes, de salariés qui s'engagent dans l'action syndicale", a-t-il déclaré devant un parterre où l'on reconnaissait les anciens Premiers ministres Michel Rocard et Jean-Pierre Raffarin. "Le principe que chaque salarié soit représenté est un principe fondamental, chaque salarié a besoin d'être défendu." Le "dialogue social à la française", "marque de fabrique de ce quinquennat" doit être aux yeux du Premier ministre "un moteur du changement et de la réforme, et pas un frein". Laurent Berger a plaidé pour sa part pour "plus de dialogue social, plus de syndicalisme, et mieux de syndicalisme. D'un syndicalisme utile, ancré dans le XXIe siècle, qui ne passe pas son temps à combattre un monde qui n'existe plus". Laurent Berger a mis le Premier ministre au défi de favoriser la création d'un "chèque syndical" impliquant une contribution des employeurs à l'engagement syndical des salariés. Racontant avoir adhéré à la CFDT il y a plus de 30 ans, lorsqu'il était jeune parlementaire, Manuel Valls s'est adressé à ceux qui accusent le syndicat d'être inféodé au gouvernement. "Nous sommes souvent d'accord mais il nous arrive aussi d'avoir des désaccords", a-t-il dit, citant les intermittents du spectacles, la modulation des allocations familiales et le traitement des fonctionnaires. Manuel Valls a salué "l'esprit de responsabilité du syndicat", regrettant à cet égard le manque de soutien du PS lors de la signature du difficile accord sur les retraites de 2003. "Nous aurions dû être, comme grand parti de gouvernement, à vos côtés pour soutenir l'intérêt général", a-t-il dit. Avec une dizaine d'années de recul, cette "réforme nous a sans doute beaucoup plus rapporté que coûté", a dit Laurent Berger. (Elizabeth Pineau, édité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.