1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Deux nouvelles inculpations pour Carlos Ghosn : le point sur l'affaire
Le Parisien11/01/2019 à 13:30

Deux nouvelles inculpations pour Carlos Ghosn : le point sur l'affaire

C'est un nouveau coup dur pour Carlos Ghosn. Le PDG de Renault a fait l'objet de deux nouvelles inculpations par la justice japonaise. La première pour dissimulation de ses revenus, à hauteur de 4 milliards de yens (31 millions d'euros), entre 2015 et 2018. La seconde pour abus de confiance aggravé, le parquet soupçonnant Carlos Ghosn d'avoir transféré à Nissan des pertes sur des investissements personnels.Le bras droit du bâtisseur de l'alliance de l'alliance Renault-Nissan, Greg Kelly, a lui aussi été mis en examen, soupçonné d'avoir participé à la dissimulation de revenus. Tout comme Nissan, en tant qu'entité morale, qui aurait selon le bureau des procureurs transmis ces fausses déclarations au gendarme nippon de la bourse. Le Parisien fait le point sur l'affaire.Que reproche la justice japonaise à Carlos Ghosn ?Premier volet : dissimulation de revenus. Une première branche de l'enquête porte sur la rémunération du chef d'entreprise. C'est celle-là qui a justifié la première inculpation de Carlos Ghosn, le 10 décembre dernier (pour la période 2010-2015), et celle de ce vendredi (pour la période 2015-2018). Il est soupçonné d'avoir caché aux autorités boursières une partie de sa rémunération après l'entrée en vigueur, en 2010, d'une loi japonaise imposant aux dirigeants d'entreprises cotées de rendre publique leur rémunération. But de la manœuvre : éviter un scandale public, dans un pays où les salaires des grands patrons sont bien plus modestes que partout ailleurs dans le monde. LIRE AUSSI > Carlos Ghosn peut-il encore rester à la tête de Renault ?Carlos Ghosn est ainsi soupçonné d'avoir, depuis 2010, divisé en deux ses revenus : un montant déclaré, et un autre montant censé, en théorie, lui être versé à son départ à la retraite, prévu en 2022. Entre 2010 et 2015, ce seraient ainsi quelque 39 millions d'euros qui n'auraient pas été déclarés aux autorités ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

2 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • yannd83
    11 janvier17:09

    ils sortent les affaires la veille de la fin de la garde à vue

    Signaler un abus

  • jcrte
    11 janvier15:13

    quand tu veux tuer ton chien tu dis qu'il a la rage. Après tu compte chaque dent et tu en fait un crime supplémentaire. Je ne connais pas cet homme mais je vous dis que je ne veux pas aller dans ce pays qui est tout sauf libre.

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer