1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Deux dirigeants d'Uber en France placés en garde à vue
Reuters29/06/2015 à 16:51

COR-DEUX DIRIGEANTS D'UBER EN FRANCE EN GARDE À VUE

PARIS (Reuters) - Les deux principaux dirigeants d'Uber en France ont été placés lundi en garde à vue, a-t-on appris de source judiciaire.

Le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, avait annoncé la semaine dernière qu'une plainte avait été déposée par ses soins contre les dirigeants français d'Uber, au moment où des milliers de chauffeurs de taxis français protestaient, parfois violemment, contre les chauffeurs clandestins.

Le gouvernement estime qu'Uber incite à des activités illégales en raison du conflit autour du service UberPOP, qui met en relation des clients avec des chauffeurs occasionnels et a provoqué un violent mouvement de contestation des taxis.

Si les autres activités permises par l'application Uber sont légales, UberPOP est interdite par la loi Thévenoud de 2014.

Les deux dirigeants placés en garde à vue sont Thibaud Simphal et Pierre-Dimitri Gore-Coty, respectivement directeur-général d'Uber France et directeur pour l'Europe du Nord.

Bernard Cazeneuve affirmait que leurs déclarations, par lesquelles ils ont dit vouloir poursuivre leur activité de mise en relation grâce à UberPOP de chauffeurs et de clients pour le transport payant de passagers, incitaient les particuliers à violer la loi.

Thibaud Simphal avait notamment estimé que les arrêtés pris par des préfets pour interdire l'utilisation d'UberPOP, ne "changeaient rien" et qu'il y aurait toujours des clients et des conducteurs pour utiliser ses services.

François Hollande avait appuyé cette stratégie et annoncé qu'UberPop allait être "dissous", même si sa fermeture suppose une décision de justice.

Uber, qui juge cette interdiction contraire à la liberté d'entreprendre, a obtenu de la Cour de cassation que la question soit soumise au Conseil constitutionnel.

(Sophie Louet et Gregory Blachier, édité par Yves Clarisse)

1 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • pbenard6
    29 juin17:04

    le "fondateur" travis kalanick devrait être jugé pour encouragement du travail au noir alors que lui se remplit les poches ;

    Signaler un abus

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer