1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Désillusions pétrolières aux Malouines

Commodesk18/07/2012 à 11:45

Après que le gouvernement argentin ait une nouvelle fois mis en garde les compagnies pétrolières britanniques souhaitant explorer les fonds marins autour de l'archipel des Malouines, la société Borders & Southern Petroleum a fait état de résultats décevants de ses forages, le 16 juillet.

L'explorateur a confirmé la présence de gaz dans son puits de Stebbing, mais en quantité insuffisante pour envisager une exploitation commerciale. La pression dans les fonds marins a empêché la compagnie de forer au-delà de 3011 mètres, où auraient pu se trouver les réserves pétrolières recherchées.
La société va abandonner ses droits sur ce puits.

Une autre compagnie, Rockhopper Exploration, vient de signer avec Premier Oil un contrat de mise en valeur du champ Sea Lion situé dans la même zone, à 120 km au nord des Malouines, pour un milliard de dollars. Le champ pétrolier posséderait plus de réserves que la mer du Nord, d'après les résultats d'explorations conduites en 2010, et Premier Oil espère extraire du pétrole à partir de 2017.

Toutefois, le risque juridique que représentent les revendications de l'Argentine sur ces eaux territoriales rend difficile la levée de fonds pour ce projet.

Buenos Aires a averti Premier Oil qu'elle engageait des actions administratives, civiles et pénales contre ses activités "clandestines et illégales d'exploration sur  le plateau continental argentin". Le ministère des affaires étrangères ajoute que la compagnie sera responsable de ses actes en ce qui concerne "la protection de l'environnement marin, en particulier en cas de dommages environnementaux causés par ces activités illégales".

Le gouvernement avait déjà déclaré illégale le 4 juin les activités des sociétés Argos Resources, Falkland Oil & Gas Ltd et Desire Petroleum PLC, qui travaillent sans l'aval des autorités argentines dans les eaux entourant les Malouines, "en vertu des règlements concernant de ces activités en territoire argentin".

Valeurs associées

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer