Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Des stations-service sans essence, le gouvernement hausse le ton

Reuters23/05/2016 à 19:07

PLUSIEURS CENTAINES DE STATIONS-SERVICE SANS ESSENCE

PARIS (Reuters) - Plusieurs centaines de stations-service françaises ont connu lundi des difficultés d'approvisionnement en raison d'un mouvement social persistant, à l'origine de longues files d'attente par endroits et d'une crispation du gouvernement.

Les ministres des Finances et du Travail, Michel Sapin et Myriam El Khomri, ont tous deux parlé de prise d'otage de la part de la CGT, qui s'est engagé à poursuivre ses actions pour obtenir le retrait du projet de loi Travail.

"Cela va durer au moins la semaine", a déclaré sur RMC Emmanuel Lépine, responsable de la branche pétrole de la CGT. "Il n’y a qu’une manière de débloquer la situation, c’est de retirer la loi Travail, c’est très simple", a-t-il ajouté.

Sur huit raffineries en France métropolitaine, six sont affectées par le mouvement, selon la CGT.

Plusieurs centaines de militants CGT ont bloqué dans la nuit de dimanche à lundi le dépôt pétrolier de Fos-sur-Mer (Bouches-du-Rhône), prélude, selon le syndicat, à des actions pour arrêter la production sur l'ensemble du complexe pétrochimique de l'étang de Berre, avec les raffineries de Total à La Mède et Ineos à Lavéra.

Les salariés du site de Grandpuits, en Seine-et-Marne, ont quant à eux voté lundi l'arrêt de la production de cette raffinerie, la plus petite des cinq exploitées par Total en France, mais la plus proche de Paris.

FO, qui est moins présent que la CGT dans le secteur, participe aussi au mouvement.

Un mouvement de grève de 24 heures reconductible a par ailleurs été déclenché lundi chez Fluxel, le gestionnaire des terminaux pétroliers de Fos-sur-Mer et de Lavéra, dans les Bouches-du-Rhône.

"Aucun navire n'est opéré sur ces installations", a dit à Reuters le secrétaire général CGT du port de Marseille, Pascal Galéoté.

DES STATIONS A SEC

Les deux ports pétroliers de Fos-Lavéra desservent directement les raffineries du complexe pétrochimique de l'étang de Berre (Petroinéos à Lavéra, Total à la Mède et Esso à Fos), mais aussi par pipeline celles de Feyzin (France), de Cressier (Suisse) et de Karlsruhe (Allemagne).

Ces grèves et le blocage de dépôts pétroliers ont entraîné des pénuries dans plusieurs centaines de stations-service et poussé de nombreux automobilistes à se ruer aux pompes à essence - accélérant les ruptures d'approvisionnement.

Selon Total, qui exploite 2.200 stations-service, 612 d'entre elles se trouvaient lundi en rupture partielle ou complète d'approvisionnement.

Une application et un site internet lancés par des automobilistes recensent les stations à court de carburant, partiellement ou totalement - beaucoup se trouvent dans un grand quart nord-ouest et dans le sud-est.

Michel Sapin, qui s'exprimait sur iTELE, a qualifié les opérations menées par les syndicats d'"illégitimes".

"Quand quelque chose n'est plus légitime, il n'y a plus de soutien et il n'y aura évidemment pas la moindre indulgence de la part du gouvernement", a-t-il ajouté.

Il a justifié l'intervention des forces de l'ordre pour débloquer lundi les accès au dépôt Total de Cournon-d'Auvergne (Puy-de-Dôme), bloqués depuis six jours. "Ça fait partie des armes dont une démocratie dispose. Lorsqu'une action n'est plus légitime, il faut y mettre fin", a-t-il encore dit.

Sur RTL, le secrétaire général de la CGT, Philippe Martinez a mis en cause en retour la responsabilité du gouvernement pour l'absence de dialogue.

"Face à ce que nous on demande, c'est-à-dire l'écoute de ceux qui ne sont pas contents, on choisit de bomber le torse, de gonfler les muscles. C'est une position qui conforte ce qu'on connaît depuis un petit moment, pas de dialogue. Que le gouvernement écoute et que le président de la République écoute plutôt que de choisir la force", a-t-il dit.

(Yann Le Guernigou, avec Simon Carraud Jean-François Rosnoblet à Marseille, édité par Yves Clarisse)

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.