Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Des soldats français pourraient quitter la RCA mi-septembre

Reuters06/06/2014 à 14:17

LES PREMIERS RETOURS DE SOLDATS FRANÇAIS DE CENTRAFRIQUE POURRAIENT SURVENIR MI-SEPTEMBRE

PARIS (Reuters) - Les premiers retours de soldats français déployés en Centrafrique pourraient survenir dès le 15 septembre, date du déploiement de la mission de maintien de la paix de l'Onu, si la situation sur place le permet, a déclaré vendredi le commandant de la force Sangaris en RCA.

Quelque 2.000 soldats français sont déployés au sein de la force Sangaris aux côtés des 5.800 hommes de la force africaine Misca et des 430 membres de l'Eufor, qui comptent dans leurs rangs 250 militaires français.

A l'issue d'un conseil de défense tenu lundi, François Hollande a indiqué que le déploiement des forces françaises en Centrafrique serait maintenu à leur niveau actuel jusqu'à la montée en puissance de la Minusca, la force de maintien de la paix de l'Onu.

"L'opération de maintien de la paix se déclenchera le 15 septembre, nous l'accompagnerons jusqu'à ce qu'elle ait atteint sa pleine capacité opérationnelle, ce qui devrait être effectif d'ici la fin de l'année", a déclaré le général Francisco Soriano sur Europe 1.

Prié de dire si cela signifiait que des soldats français pourraient commencer à quitter le pays à compter du 15 septembre la situation le permet, il a répondu: "C'est exactement ça".

Déclenchée le 5 décembre dernier, l'opération militaire française Sangaris vise à rétablir la sécurité dans un pays plongé dans une spirale de violences intercommunautaires.

Le coup d'Etat de la Séléka, à dominante musulmane, en mars 2013, avait été suivi d'exactions commises contre les civils, notamment chrétiens. Cette vague de violences avait provoqué la réaction des anti-balaka, des milices d'auto-défense, majoritairement chrétiennes.

"La situation sécuritaire s'est améliorée depuis que nous sommes ici. A Bangui, les écoles ont rouvert, les hôpitaux fonctionnent", a estimé le général Soriano, évoquant un retour dans la capitale de certains musulmans partis se réfugier au Cameroun.

"Pour autant il reste bien évidemment encore à faire (...) on ne pourra arriver justement à une sécurité améliorée qu'à partir du moment où les trois piliers, politique économique et judiciaire, pourront prendre le relais", a-t-il ajouté.

(Marine Pennetier, édité par Yann Le Guernigou)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.