Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Des restes de victimes des nazis à l'université de Strasbourg

Reuters20/07/2015 à 14:56

* Des vestiges d'expériences anatomiques nazies * L'université de Strasbourg avait démenti posséder les bocaux * La communauté juive de Strasbourg ne veut pas polémiquer par Gilbert Reilhac STRASBOURG, 20 juillet (Reuters) - Des vestiges d'expériences anatomiques menées sur des victimes juives par un médecin nazi dans l'université allemande de Strasbourg pendant la Seconde Guerre mondiale ont été retrouvés parmi les collections de l'Institut de médecine légale de la ville, a indiqué la municipalité dans un communiqué. Un bocal contenait des fragments de peau d'une victime d'une chambre à gaz tandis que deux éprouvettes renfermaient le contenu d'un intestin et d'un estomac. Ces restes proviendraient des autopsies réalisées juste après la guerre sur les corps des victimes à la demande des autorités militaires et auraient pu servir de preuve au procès des médecins nazis qui s'est tenu à Metz en 1952. Un "galet matricule", utilisé lors de l'incinération des corps au camp du Struthof, situé à 55 kilomètres de Strasbourg, alors que l'Alsace était annexée par le IIIe Reich, permet d'attribuer le contenu des deux éprouvettes à Menachem Tafel. Selon les Dernières Nouvelles d'Alsace, une étiquette, accolée aux restes de peaux précisait : "Expertise du Struthof 1945. Traces de bastonnade brutale. Fragments de peau avec infiltrations sanguines profondes, prélevés sur le corps d'un martyr du Struthof, assassiné dans une chambre à gaz". Menachen Tafel, juif polonais qui avait vécu à Berlin, était âgé de 43 ans lorsqu'il a été assassiné. Il est la seule personne déjà identifiée parmi les 86 victimes du projet de "collection de squelettes juifs" conçu par le Dr Auguste Hirt. On connaissait déjà les expériences menées sur des prisonniers des camps de la mort par ce médecin nazi qui dirigeait entre 1941 et 1944 l'institut d'anatomie de l'Université allemande de Strasbourg, l'université française de la ville étant alors localisée à Clermont-Ferrand. Leurs corps ont été enterrés à la fin de la guerre au cimetière israélite de Strasbourg-Cronenbourg. Auguste Hirt s'est suicidé en 1945. Le sujet avait refait surface en janvier dernier avec le livre "Hippocrate aux enfers" écrit par Michel Cymes. Le médecin, qui s'est fait connaître par ses émissions de radio et de télévision, et dont les deux grands-pères sont morts à Auschwitz, affirmait qu'il restait, à l'université de Strasbourg, des coupes anatomiques provenant de ces expériences. L'université avait réfuté en bloc une accusation qui s'appuyait sur des rumeurs ou des affirmations non étayées. DÉCOUVERTE LE 9 JUILLET La découverte dont font aujourd'hui état la ville de Strasbourg et l'université remonte au 9 juillet. On la doit à un médecin de 35 ans, Raphaël Toledano, passionné par les expériences menées sur des prisonniers par des médecins nazis. Le généraliste a retrouvé une lettre rédigée en 1952 par un professeur de médecine légale de la faculté de médecine de Strasbourg, Camille Simonin, qui mentionne ces bocaux. Les divers éléments mentionnés se trouvaient dans le "musée" de l'institut médico-légal, une pièce fermée à clé où sont conservées des pièces anatomiques et judiciaires pouvant présenter un intérêt pour les étudiants et les praticiens. "Il est d'ores et déjà entendu pour tous que ces pièces doivent être remises à la communauté juive de Strasbourg, afin de faire l'objet d'une inhumation et de rejoindre les restes des victimes inhumées au lendemain de la guerre", affirment la ville, l'université et le grand rabbin de Strasbourg, René Gutman, cosignataires du communiqué. "J'exhorte tout un chacun à ne pas soulever de nouvelles polémiques. L'essentiel, c'est la dignité que l'on doit à ces victimes", ajoute-t-il dans les Dernières Nouvelles d'Alsace. Raphaël Toledano n'exclut pas que l'université puisse encore posséder quelques "pièces provenant des victimes et invitait lundi sur Europe 1 à regarder du côté des collections de coupes histologiques réalisées pour l'étude au microscope. (Edité par Yves Clarisse)

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.