Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Des policiers en colère lancent un appel à François Hollande

Reuters10/05/2012 à 18:55

Des policiers en colère lancent un appel à François Hollande

par Chine Labbé

PARIS (Reuters) - Plusieurs centaines de policiers ont manifesté jeudi en France pour protester contre leurs conditions de travail et réclamer la mise en place d'une protection administrative pour les fonctionnaires mis en examen dans l'exercice de leurs fonctions.

Quatre jours après l'élection de François Hollande à la présidence de la République, les fonctionnaires de police souhaitaient lancer un signal au président élu, à l'appel du syndicat majoritaire Unité SGP Police.

"Il est important que le futur ministre de l'Intérieur sache qu'il y a un malaise dans la police nationale et on lui demandera de nous entendre là-dessus", a dit Nicolas Comte, secrétaire général de ce syndicat proche de Force Ouvrière.

Environ 300 manifestants étaient rassemblés place du Châtelet à Paris, parmi lesquels des policiers municipaux, qui ont défilé aux côtés de leurs collègues de la police nationale.

Environ 1.800 policiers municipaux ont manifesté à travers le pays d'après leur syndicat majoritaire.

"Policiers en colère" lançaient-ils, sous les sifflets et les banderoles réclamant "du respect et des moyens". Tous déploraient un quotidien devenu "difficile et stressant".

"On est toujours présumé coupable, toujours pointé du doigt", a dit Nicolas, policier dans le Val-de-Marne.

La colère des policiers ne faiblit pas depuis fin avril.

De nombreuses manifestations spontanées ont eu lieu à travers la France après la mise en examen pour homicide volontaire, le 25 avril, d'un policier qui avait tué un homme en fuite à Noisy-le-Sec (Seine-Saint-Denis). Le soir même, plusieurs centaines de policiers avaient bloqué les Champs-Elysées, à Paris.

"Ça a été un peu le détonateur et tout ressort", a expliqué Nathalie Orioli, secrétaire nationale d'Unité SGP Police. "Ça fait des années que les policiers sont en colère, pour la réduction des effectifs, pour la politique du chiffre, pour le manque de matériel", a-t-elle ajouté.

"TRANSFORMER L'ESSAI"

Mais si la colère semble partagée par l'ensemble des fonctionnaires de police, les revendications diffèrent selon les organisations syndicales, d'où l'absence d'appel unitaire à manifester.

Unité SGP Police, sous les drapeaux duquel défilaient les manifestants jeudi, réclame l'abrogation de la Révision générale des politiques publiques (RGPP) par laquelle un fonctionnaire sur deux partant à la retraite n'est pas remplacé, l'abandon de "la politique du chiffre" et la garantie d'une protection administrative des policiers mis en examen.

Le syndicat Alliance Police nationale, réputé proche de l'UMP, appelle de son côté à une mobilisation nationale vendredi devant les préfectures de département et demande le lancement d'un "Grenelle de la sécurité" et l'instauration d'un principe de "présomption de légitime défense" dans la police nationale.

Une proposition formulée de longue date par la présidente du Front national Marine le Pen et reprise dans l'entre-deux tours par Nicolas Sarkozy. Unité SGP Police y voit une "fausse bonne idée", qui masque les problématiques de moyens.

À cinq jours de la passation de pouvoir entre le président sortant et le président élu, le syndicat majoritaire de la police nationale se dit plutôt "optimiste".

François Hollande a en effet promis de geler la RGPP et d'embaucher de nouveaux fonctionnaires dans la police. Après l'affaire de Noisy-le-Sec, il s'est également prononcé pour une plus grande protection administrative des policiers.

"Par rapport à ce qui a été annoncé, on est optimiste", dit Nicolas Comte. "Maintenant, on attend de voir que concrètement, dans les faits, se trouve transformé l'essai de ce qui nous a été proposé."

S'il refuse d'exprimer une préférence pour un potentiel ministre de l'Intérieur, il estime que Manuel Valls et François Rebsamen, deux noms qui circulent pour ce poste, "sont deux personnes qui connaissent bien les questions de police".

"Nous ce qu'on souhaite, c'est un ministre qui apporte un nouveau dynamisme dans la police nationale, qui soit à l'écoute des policiers, et surtout qui leur apporte des moyens, des effectifs", dit-il.

Il entend demander un entretien avec le nouveau ministre de l'Intérieur dès sa nomination, la semaine prochaine.

Edité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.