Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Des ordonnances pour soutenir la construction en France

Reuters13/03/2013 à 22:17

HOLLANDE S'ATTAQUERA À LA LOURDEUR ADMINISTRATIVE PAR ORDONNANCE

PARIS (Reuters) - Le gouvernement français a annoncé mercredi qu'il allait s'attaquer aux blocages administratifs qui entravent la construction en utilisant l'instrument des ordonnances, une procédure plus rapide qu'un parcours législatif classique.

Le président a fait de l'accélération de la mise en oeuvre des réformes et du raccourcissement des délais administratifs, un objectif clé pour raviver la croissance et faire baisser le chômage lors d'un déplacement, lundi et mardi, en Côte d'Or.

Le ministre chargé des relations avec le Parlement, Alain Vidalies, a évoqué dans les couloirs de l'Assemblée "la nécessité de mettre en oeuvre très rapidement des modifications qui porteront sur les normes en matière d'urbanisme".

Le but, selon le ministre, est d'arriver à ce que "les normes qui sont appliquées ne soient pas un frein à la politique de relance, notamment pour la construction de logements que souhaite le gouvernement".

A Matignon, les services du Premier ministre précisent que le champ d'application des ordonnances ne sera pas limité à la construction mais concernera l'ensemble de la sphère économique que régule l'administration.

"Ça concernera tous le champs indiqués par le président de la République, c'est-à-dire les normes et le raccourcissement des délais de l'action administrative", a dit un conseiller.

"Ce que je peux vous dire c'est que le travail qui est le plus avancé aujourd'hui sur le plan administratif c'est sur le logement", a-t-il encore ajouté.

L'OPPOSITION DÉNONCE LE "MÉPRIS" DU PARLEMENT

Le projet de loi habilitant le gouvernement à procéder par ordonnance sera soumis au Parlement avant la fin du mois de mai afin que la procédure soit achevée avant la fin juin, a encore expliqué Alain Vidalies.

Christian Jacob, le président du groupe UMP à l'Assemblée nationale, s'est insurgé contre une volonté de gouverner qui constitue selon lui un "mépris total du Parlement".

"C'est la démonstration que non seulement le gouvernement (...) n'a plus de majorité, il a peur de sa majorité, il est incapable de présenter maintenant un texte à l'Assemblée", a-t-il dit dans les couloirs de l'Assemblée.

François Hollande a déclaré mardi que "chaque fois que l'administration, l'Etat, pourra donner plus tôt une autorisation, lever une procédure qui est inutile, alléger une contrainte, on gagnera en croissance".

Le chef de l'Etat a cité l'exemple de l'entreprise Urgo, dont un pansement vendu en Allemagne n'est pas encore disponible sur le marché français faute d'autorisation administrative.

François Hollande insiste sur la nécessité de mettre en oeuvre les réformes décidées contre le chômage comme les contrats de génération, le crédit d'impôt compétitivité emploi ou la réforme du marché du travail permise par l'accord conclu entre les partenaires sociaux.

A l'Elysée, on parle ainsi "d'opération commando" pour boucler l'objectif de créer 100.000 "emplois d'avenir" cette année, un dispositif réservé aux jeunes peu qualifiés. Quelque 10.000 contrats auraient déjà été signés.

Julien Ponthus, avec Emile Picy, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.