Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Des OGM dans l'alimentation de 80% des élevages français

Reuters21/09/2012 à 22:37

DES OGM DANS L'ALIMENTATION DE 80% DES ÉLEVAGES FRANÇAIS

par Marion Douet

PARIS (Reuters) - Les OGM sont interdits dans les champs français depuis 2008 mais, importés d'Amérique Latine ou des Etats-Unis, ils représentent une part significative dans l'alimentation de près de 80% des élevages, selon les professionnels du secteur.

Le gouvernement s'est engagé à prendre des mesures d'interdiction à l'importation si les risques sanitaires du maïs NK603 de Monsanto, pointés du doigt par une nouvelle étude, étaient confirmés. Mais ce maïs n'est pas importé en France, selon le ministère de l'Agriculture.

Une décision d'interdiction plus large d'importation d'Organismes génétiquement modifiés pourrait quant à elle peser lourdement sur la compétitivité des éleveurs français.

Ces derniers importent beaucoup de soja, une plante riche en protéines qui est très peu cultivée en France mais représente un tiers de l'alimentation des élevages.

"La France est dépendante à 40% pour ses besoins en protéines, essentiellement du soja. Or, sur le marché mondial, le produit standard est OGM", souligne Valérie Bris, responsable de l'alimentation animale chez Coop de France, qui représente 70% des entreprises du secteur.

Elle souligne que moins d'un quart du cheptel français n'est pas nourri aux produits OGM.

"A l'inverse, 75 à 80% sont sur de l'alimentation standard, c'est-à-dire clairement indiquée OGM sur l'étiquette", dit-elle.

Le ministère de l'Agriculture, qui ne dispose pas de ces données, indique que la France n'importe pas de maïs génétiquement modifié, a fortiori de maïs NK603, car le premier producteur européen dispose de volumes suffisants pour sa consommation.

INTERDIRE LES IMPORTATIONS ?

Une interdiction d'importer du maïs NK603 n'aurait donc qu'un effet théorique en France, sauf si elle était élargie au niveau de toute l'Union européenne.

Stéphane Le Foll s'est engagé jeudi à retirer les autorisations d'importations de "ce type de produits" si l'avis de l'Agence nationale se sécurité sanitaire (Anses) confirmait les conclusions de l'étude de Gilles-Eric Séralini, sans préciser si l'ensemble des produits génétiquement modifiés pourraient être concernés.

Le ministre a également déclaré qu'il porterait le cas échéant une demande similaire, portant aussi sur l'homologation des produits, au niveau européen, où sont attribuées les autorisations de culture et d'importation - une quarantaine de produits au total.

Une étude approfondie de tous les produits OGM est défendue par Gilles-Eric Séralini, auteur de l'étude choc publiée mercredi montrant une augmentation présumée de cancers chez les rats nourris aux OGM, et par Corinne Lepage qui ont mis en cause jeudi l'honnêteté de l'Agence européenne de sécurité des aliments (EFSA) sur ce sujet.

Selon l'un des co-auteurs, Nicolas Defarge, les conclusions alarmantes sur la santé des rats nourris au maïs NK603 pourraient être extrapolées aux autres OGM.

"Si on fait (cette étude) avec du soja Round up Ready (un autre OGM de Monsanto-NDLR) comme celui qu'on importe, on va trouver des résultats similaires", estime-t-il.

0,1% D'OGM NON-AUTORISÉS

Une éventuelle interdiction d'importer des OGM, notamment du soja, ferait augmenter sensiblement les coûts de l'alimentation du bétail en France, selon Coop de France.

"Si c'est une mesure française, cela mettra l'élevage dans une situation de compétitivité désastreuse comparé aux autres pays européens", estime Valérie Bris, soulignant par exemple que le soja garanti sans OGM est en moyenne 12% plus cher.

Elle souligne qu'au niveau européen, les interdictions d'importer pourraient conduire à des ruptures d'approvisionnement dans l'alimentation du bétail.

Afin de garantir cet approvisionnement, l'Union européenne a par ailleurs autorisé depuis 2011 l'importation de substances OGM non-autorisés, à hauteur maximale de 0,1% des volumes, pour l'alimentation animale.

L'UE importe environ 70% des protéines de ses élevages, soit plus de 40 millions de tonnes de soja majoritairement OGM, selon les chiffres des autorités européennes.

L'avis de l'Anses sur les conclusions de l'étude du Criigen, un institut de recherche cofondé par Gilles-Eric Seralini et Corinne Lepage, sera rendu aux ministres concernés d'ici un mois.

Avec Gus Trompia à Paris et Charlie Dunmore à Bruxelles, édité par Yves Clarisse

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.