1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Des maires s'alarment de la hausse de la consommation de « gaz hilarant »
Le Monde28/08/2019 à 02:53

La consommation de protoxyde d'azote n'est plus l'apanage des étudiants et s'est installée ces derniers mois dans l'espace public.

Ils étaient une douzaine de jeunes hilares, se rappelle Arnaud Dumontier. Mi-juillet, alors qu'il participe à une « tournée de nuit avec la police municipale » de Pont-Sainte-Maxence, petite ville de l'Oise dont il est le maire (LR) depuis cinq ans, l'équipe qu'il accompagne contrôle des individus dans un véhicule. « Ils étaient tous morts de rire. Au début, je l'ai pris pour moi », raconte l'édile. Mais les policiers lui expliquent que l'euphorie du groupe est liée à la prise d'une substance en vogue : le protoxyde d'azote. Les ballons de baudruche qu'ils ont utilisés pour inhaler ce gaz hilarant, que l'on trouve dans les cartouches destinées à la confection de chantilly en siphon, jonchent le sol de la voiture.

Depuis, les services municipaux de cette commune de 12 000 habitants ont constaté la présence croissante de cartouches vides dans l'espace public. Le 23 août, Arnaud Dumontier a décidé d'interdire leur vente aux mineurs. Leur consommation est proscrite sur les places publiques, les parkings ou encore aux abords des écoles. « J'ai voulu protéger ma commune », explique le maire. Ce produit est vendu librement en épicerie, à 50 centimes la cartouche. Comme lui, une dizaine d'élus - notamment dans les Hauts-de-France  - ont, depuis le début de l'été, pris des arrêtés municipaux concernant le protoxyde d'azote. Plusieurs d'entre eux estiment que sa consommation dans l'espace public s'est accélérée ces derniers mois, particulièrement pendant l'été.

Un produit « très ...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer