Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Des islamistes détruisent des mausolées de Tombouctou

Reuters30/06/2012 à 23:12

Des islamistes détruisent des mausolées de Tombouctou

DAKAR (Reuters) - Des combattants d'Ansar Dine, mouvement islamiste lié à Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi), ont détruit samedi plusieurs mausolées de Tombouctou, ville du nord du Mali classée cette semaine au Patrimoine mondial en péril de l'Unesco, rapportent des témoins.

Bamako avait fait la demande de classement après la prise en avril des deux tiers nord du pays par les séparatistes touareg du Mouvement national de libération de l'Azawad (MNLA) alliés à des islamistes. Ces derniers jugent les mausolées soufis impies.

"Ils ont déjà complètement détruit le mausolée de Sidi Mahmoud (Ben Amar) et deux autres (Sidi el Moktar et Alfa Moya). Ils disent qu'il vont continuer toute la journée et détruire les 13 autres", a déclaré le journaliste malien Yeya Tandina, joint par téléphone, évoquant tous les tombeaux de saints qu'abrite la ville.

"Ils sont armés et ont encerclé les sites avec des pick-up. La population regarde impuissante", a-t-il ajouté.

"Il semble qu'il s'agisse d'une réaction directe à la décision de l'Unesco", a quant à lui indiqué le député local Sandy Haidara.

Le MNLA a profité de la confusion qui a suivi le coup d'Etat militaire du 22 mars à Bamako pour s'emparer des deux tiers du nord du Mali avec l'aide d'Ansar Dine, mais des dissensions sont ensuite apparues entre les deux mouvements.

Les séparatistes touaregs ont proclamé l'indépendance de la zone, mais les djihadistes ont récusé l'initiative et se sont engagés à poursuivre leur combat pour l'instauration de la "charia" (loi coranique) dans tout le pays. Mieux armés, ces derniers ont désormais pris le dessus.

"Le mausolée (de Sidi Mahmoud) n'existe plus et le cimetière est aussi nu qu'un terrain de football", a déploré un enseignant nommé Abdoulaye Boulahi.

"DES SCÈNES CHOQUANTES"

"Une trentaine d'entre eux démolissent tout avec des pioches et des houes. Ils ont leurs Kalachnikovs en bandoulière. C'est un spectacle très choquant pour la population de Tombouctou", a-t-il souligné.

Irina Bokova, directrice générale de l'Unesco, a parlé de nouvelles "extrêmement angoissantes".

"Il n'y a aucune justification à la destruction aveugle et j'appelle toutes les parties impliquées dans le conflit à mettre fin à ces actes terribles et irréversibles", dit-elle dans un communiqué.

Dénonçant des actes "intolérables", la France a également condamné "la violation systématique de ces lieux de recueillement et de prières, qui représentaient depuis des siècles une partie de l'âme de cette prestigieuse cité sahélienne", indique Bernard Valéro, porte-parole du ministère des Affaires étrangères.

Située en bordure du désert à un millier de kilomètres au nord-est de Bamako, "la Cité des 333 saints" est inscrite au Patrimoine mondial par l'Unesco depuis 1988.

Haut lieu du commerce africain, où affluaient les caravanes de sel venues du Nord et les esclaves ou l'or du Sud, Tombouctou a connu son apogée au XVIe siècle. La ville est alors devenue un grand centre intellectuel de l'islam.

Ses trois grandes mosquées -Djingareyber, Sidi Yahiya et Sankoré- témoignent de cet âge d'or, tout comme les milliers de manuscrits, dont certains remontent à l'époque pré islamiques, qui sont conservés par les grandes familles locales.

Dans le communiqué annonçant le classement au Patrimoine mondial en péril, l'Unesco invite les pays voisins du Mali à "tout mettre en oeuvre pour prévenir le trafic d'objets culturels en provenance de ces sites".

L'Union africaine a invité début juin le Conseil de sécurité de l'Onu à autoriser une intervention militaire pour rétablir l'ordre dans le Nord, mais les Etats membres ont réclamé des précisions.

Le Nigeria, le Niger et le Sénégal se sont dits prêts à fournir l'essentiel de la force de 3.300 hommes qui pourrait y être déployée.

Mark John, Jean-Philippe Lefief pour le service français

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.