Activer le contraste adaptéDésactiver le contraste adapté
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
  1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Votre compte a été clôturé.

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Pour des raisons de sécurité et pour continuer à accéder à votre espace membre, nous vous remercions de bien vouloir valider votre compte membre en cliquant sur le lien suivant : Je valide mon compte membre
Vous allez recevoir un email à l'adresse indiquée lorsque vous aviez créé votre compte.
Cliquez ensuite sur le lien présent dans le mail. Vous pourrez alors de nouveau accéder à votre compte membre.
Si vous n'avez pas reçu cet email, contactez-nous

Un email de confirmation vient de vous être adressé.

Mot de passe oublié ?

Bénéficiez gratuitement de fonctionnalités et de services additionnels. Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Des faits anciens de harcèlement moral ne peuvent légitimer une prise d'acte de la rupture du contrat de travail aux torts exclusifs de l'employeur
Partenaire19/07/2019 à 08:50

Dans un arrêt du 19 juin 2019, la Chambre sociale de la Cour de cassation a eu l'occasion de rappeler l'importance de la célérité de la réaction d'un salarié victime d'un harcèlement moral dans l'hypothèse d'une prise d'acte de la rupture du contrat de travail aux torts de son employeur (Cass, Soc, 19 juin 2019, n°17-31.182)

Dans un arrêt du 19 juin 2019, la Chambre sociale de la Cour de cassation a eu l'occasion de rappeler l'importance de la célérité de la réaction d'un salarié victime d'un harcèlement moral dans l'hypothèse d'une prise d'acte de la rupture du contrat de travail aux torts de son employeur (Cass, Soc, 19 juin 2019, n°17-31.182).

En l'espèce, les agissements, commis par une collègue, remontaient à la fin de l'année 2013 et avaient conduit une salariée à se mettre en arrêt de travail jusqu'en septembre 2015, date de la prise d'acte. L'employeur avait toutefois diligenté une enquête lors du signalement des faits et sanctionné leur auteur, les faits n'ayant au final duré que quelques semaines. Bien que le harcèlement ait été reconnu, plus rien n'empêchait donc, en septembre 2015, de poursuivre normalement l'exécution du contrat.

Malgré la suspension du contrat de travail en raison des arrêts maladie successifs, la Cour de cassation a jugé qu'à la date de la prise d'acte, les faits étaient trop anciens pour justifier de l'impossibilité de poursuivre la relation contractuelle.

Cet arrêt est donc l'occasion pour la Chambre sociale de confirmer sa position en la matière amorcée depuis les arrêts du 26 mars 2014.

Selon la jurisprudence, le salarié doit établir un ou plusieurs manquements suffisamment graves rendant impossible la poursuite du contrat de travail afin que le juge puisse prononcer la prise d'acte de la rupture du contrat de travail aux torts de l'employeur (Cass, Soc, 30 mars 2010, n°08-44.236 ; Cass, Soc, 26 mars 2014, n°12-35.040 ; Cass, Soc, 12 juin 2014, n°13-11.448).

Selon la formation plénière de la Cour de cassation, le manquement grave justifiant la prise d'acte de la rupture du contrat de travail aux torts exclusifs de l'employeur nécessite une réaction rapide entre le fait reproché et l'action du salarié. A défaut, la rupture ne peut être reprochée à l'employeur (Cass, Soc, 26 mars 2014, n° 12-21.372 ; Cass, Soc, 26 mars 2014, n°12-23.634 ; Cass, Soc, 26 mars 2014, n° 12-35.040).

Avec ces arrêts la Cour a ainsi établi l'importance du critère de l'ancienneté des manquements soulevés et affine les contours de la notion de «manquement suffisamment grave de l'employeur qui empêche la poursuite du contrat de travail ».

Autrement dit, si le salarié laisse s'écouler ne serait-ce que plusieurs semaines entre les faits qu'il considère comme des manquements graves et sa prise d'acte de la rupture son action à l'encontre de son employeur risque d'être compromise.

Le fait de laisser s'écouler autant de temps est en soit la preuve que le manquement n'est pas suffisamment grave.

La Cour considère que l'ancienneté des griefs est en soi la démonstration qu'ils n'étaient pas de nature à rendre impossible la poursuite de la relation contractuelle.

La question de la poursuite du contrat de travail devient désormais incontournable et prend le pas sur l'obligation de sécurité de résultat qui pèse sur l'employeur.

CABINET GEOFFREY BARTHELEMY CENNAMO

Avocats au Barreau de Paris

194 rue de Courcelles - 75017 Paris

Tel : 01 42 66 01 42 / Fax : 01 42 66 00 44

Mail : gbc.avocats@cennamo.fr

https://cennamo-avocats.fr/

Aymeric LAMIAUX

Avocat au barreau de Paris

Responsable Pôle Conseil

Cabinet Geoffrey Barthélémy CENNAMO

0 commentaire

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer