1. Aide
    1. Espace Client
    2. Connexion
Espace Membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Conserver cet article pour le lire plus tard

Fermer

Ce service est réservé aux clients et membres de Boursorama.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

Des drones paralysent l'aéroport londonien de Gatwick, l'armée appelée à l'aide
AFP21/12/2018 à 01:34

Des avions bloqués sur le tarmac à Gatwick le 20 décembre: l'aéroport londonien était à l'arrêt suite à des survols de drônes, l'armée a été appelée à la rescousse ( AFP / Glyn KIRK )

L'armée et la police ont tenté jeudi de trouver les auteurs des survols de drones qui paralysent depuis mercredi soir l'aéroport de Gatwick, deuxième plus important du Royaume-Uni, affectant des dizaines de milliers de passagers à quelques jours de Noël.

"La piste de Gatwick reste inutilisable à cause de survols continus de drones et certaines compagnies aériennes ont annulé tous leurs vols", a annoncé l'aéroport de Gatwick, au sud de Londres, vers 21h00 (heure locale et GMT).

La police a précisé qu'un drone particulièrement grand avait été repéré une cinquantaine de fois depuis mercredi soir près de l'aéroport.

"Nous pensons qu'il a pu être adapté et développé", a commenté l'inspecteur Jason Tingley, précisant que des policiers visionnaient les enregistrements des caméras de vidéosurveillance pour identifier la marque et le modèle du drone.

La police envisage désormais d'abattre le drone, bien que les autorités aient écarté cette possibilité un peu plus tôt de peur de "balles perdues".

L'aéroport international de Gatwick a été fermé mercredi à 21h00 GMT après que deux drones ont été vus en train de survoler le site. Il a rouvert brièvement dans la nuit avant de fermer à nouveau à 03h45 GMT et la piste n'a pu être rouverte de la journée car les drones ne cessaient de réapparaître.

A l'origine de ce blocage inédit, une "activité très ciblée qui visait à fermer l'aéroport et causer le maximum de perturbations juste avant Noël", a dénoncé le PDG de l'aéroport, Stewart Wingate. Il s'est dit "désolé des désagréments que ce comportement criminel a causé aux passagers".

"Nous travaillons de façon très étroite avec la police et les services de sécurité pour essayer de résoudre cela", a-t-il expliqué, ajoutant que le trafic reprendrait "dès que possible".

- Matériel spécialisé -

Le ministère de la Défense a indiqué avoir déployé du matériel spécialisé pour aider la police à repérer les coupables.

"D'énormes efforts sont déployés", a déclaré le ministre des Transports, Chris Grayling, à la BBC. "Nous avons introduit une technologie de pointe à Gatwick" pour traquer les drones, a-t-il ajouté.

Une chasse à l'homme mobilisant plus de 20 unités de police et des dizaines d'agents de police locaux a été lancée pour trouver la ou les personnes qui dirigent les drones.

La compagnie Easyjet, plus important opérateur de l'aéroport, a annoncé jeudi avoir annulé tous ses vols en partance et à destination de Gatwick.

Le ministre des Transports a annoncé que des restrictions de vols de nuit seraient levées dans certains aéroports pour permettre à des voyageurs d'arriver au Royaume-Uni ou d'en partir.

Quelque 110.000 passagers auraient dû emprunter un avion décollant de Gatwick ou y atterrissant jeudi, et 10.000 avaient déjà été affectés mercredi soir.

"Nous anticipons que les perturbations se poursuivent demain" vendredi, l'un des jours de l'année où l'aéroport est le plus fréquenté, à l'approche de Noël, a annoncé l'aéroport londonien sur son site internet.

Tout au long de la journée, les avions sont restés cloués au sol et des files de passagers en quête d'informations se sont étendues sur plusieurs centaines de mètres, a rapporté un journaliste de l'AFP. D'autres se sont plaints d'être restés bloqués plusieurs heures dans leur avion.

Les passagers ont été invités à ne pas se rendre sur place et à vérifier le statut de leur vol auprès de leurs compagnies aériennes ( AFP / Glyn KIRK )

La Première ministre, Theresa May, a "compati pour tous les passagers dont les projets de voyage ont été perturbés (...) A cette période de l'année, c'est particulièrement difficile".

Elle a prévenu les coupables qu'ils risquaient jusqu'à cinq ans d'emprisonnement. La législation encadrant l'usage des drones a été renforcée cette année au Royaume-Uni, interdisant leur utilisation à moins d'un kilomètre d'un aéroport et à une altitude supérieure à 400 pieds (122 mètres), et de nouvelles mesures sont à l'étude, a-t-elle ajouté.

La police du Sussex, comté où se trouve l'aéroport, a qualifié l'incident d'"acte délibéré", tout en assurant qu'il n'y avait "aucune indication suggérant que cela soit lié au terrorisme".

"A chaque fois que nous nous rapprochons de l'opérateur, le drone disparaît. Quand nous nous apprêtons à rouvrir l'aérodrome, le drone réapparait", a rapporté le commissaire de police, Justin Burtenshaw.

Le directeur opérationnel de l'aéroport, Chris Woodroofe, a estimé qu'il faudrait "plusieurs jours" pour que la situation revienne à la normale.

- Couvertures de fortune -

Les passagers cloués au sol ont dû prendre leur mal en patience.

Mamosta Abdulla est resté bloqué quatre heures dans son avion à destination de l'Irak. "Tout le monde transpirait parce qu'il faisait si chaud à l'intérieur. Nous avons reçu un bon de 12 livres pour des rafraîchissements, après deux heures d'attente, et c'est tout".

Tayo Abraham, 31 ans, de Glasgow, en Ecosse, devait s'envoler mercredi avec son fiancé Ope Odedine pour le Maroc où ils doivent se marier, mais leur vol a été annulé.

"Cela fait un an qu'on prévoit ça, on ne peut pas commencer à réorganiser le mariage", a-t-elle confié à la BBC.

Les voyageurs ont été invités à ne pas se rendre sur place et à vérifier le statut de leur vol auprès de leurs compagnies aériennes.

7 commentaires

Vous devez être membre pour ajouter un commentaire.
Vous êtes déjà membre ? Connectez-vous
Pas encore membre ? Devenez membre gratuitement

  • vnetter
    21 décembre10:47

    D'habitude, les Anglais accusent aussitôt les Russes et Macron suit immédiatement en proposant de nouvelles sanctions. Ensuite, on enquête, et, parfois (rarement d'ailleurs) on trouve ... et on ne punit pas, surtout si les coupables sont des musulmans ou des écologistes.

    Signaler un abus

  • s.thual
    21 décembre00:34

    Les balles perdues des chasseurs la ils s en tapent ,elles sont pourtant plus dangereuses que celles tirées en l air sur des drones,enfin c est mon avis..

    Signaler un abus

  • g.muller
    20 décembre21:44

    Un test comme un autre pour vérifier les possibilités de paralyser l'infidèle.

    Signaler un abus

  • M2061328
    20 décembre20:28

    @jack205 Ne riez pas, ne rions pas des british, il y a qqtemps c'était devenu une mode que des drones survolaient nos centrales nucléaires et autres sites industriels - A ma connaissance cela a fait les unes d'info mais on n'a jamais entendu parler de dézingage d'un drone par la gendarmerie - une chose est sure ils n'habilleront pas les drones en gilet jaune fluo, trop repérables Ama

    Signaler un abus

  • luke4
    20 décembre19:55

    ça fera beaucoup de pollution en moins, il faut voir le bon coté des choses.

    Signaler un abus

Voir plus de commentaires

Signaler le commentaire

Fermer

Les Risques en Bourse

Fermer