Bienvenue sur le nouveau Boursorama. Découvrez tout ce qui a changé
  1. Aide
    1. Espace client
    2. Connexion
Accès membre Boursorama

Erreur d'authentification

Vous êtes authentifié. Nous chargeons votre espace membre.

Mot de passe oublié ?

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Identifiant/Mot de passe oublié
Si vous êtes Membre de la Communauté Boursorama, veuillez indiquer l'adresse email que vous avez fournie lors de votre enregistrement pour recevoir votre identifiant et/ou ré-initialiser votre mot de passe :

Nouveau sur Boursorama ? Devenez membre

Fermer

Des documents accuseraient la France pour des tueries au Rwanda

Reuters01/12/2015 à 12:09
    * Trois associations réclament la mise en examen de 
militaires 
    * Un fax gênant pour l'armée française 
 
    PARIS, 1er décembre (Reuters) - Des associations parties 
civiles dans l'enquête française sur l'opération Turquoise menée 
par la France au Rwanda réclament la mise en examen pour 
complicité de génocide de militaires français intervenus dans ce 
pays en 1994. 
    Elles affirment que certains documents, dont un fax et des 
auditions, montrent que l'armée française a abandonné des 
centaines de Tutsi sur les collines de Bisesero fin juin 1994. 
    Plus de 21 ans après le génocide des Tutsi, la Fédération 
internationale des droits de l'homme (FIDH, la Ligue des droits 
de l'homme (LDH) et Survie demandent que "toute la mesure de 
l'enquête soit enfin prise". 
    Une instruction a été ouverte en 2005 à Paris sur plainte de 
rescapés, qui reprochent aux militaires de s'être présentés le 
27 juin 1994 sur ces collines et d'avoir promis aux Tutsi de 
revenir pour ne le faire finalement que le 30 juin.  
    Pendant ces trois jours, des centaines de personnes ont été 
massacrées par les milices hutu. 
    Les juges cherchent à vérifier ce que savait la hiérarchie 
militaire, alors que l'opération Turquoise, sous mandat de 
l'Onu, avait démarré le 22 juin. 
    Un lieutenant-colonel a assuré avoir effectué une 
reconnaissance le 27 juin puis avoir relayé ses craintes à sa 
hiérarchie, à son retour à la base, par téléphone puis par fax.  
     
    "ILS ESPÉRAIENT NOTRE PROTECTION" 
    Deux officiers supérieurs entendus par les juges sous le 
statut de témoin assisté soutiennent ne pas avoir été informés, 
entre les 27 et 30 juin 1994, de la réalité des massacres.  
    Mais selon les parties civiles, le contenu du fax du 
lieutenant-colonel, qui a été déclassifié, tend à démontrer le 
contraire.  
    "Nous avons rencontré une centaine de Tutsi. Ils seraient 
2.000 cachés dans les bois. Ils sont dans un état de dénuement 
nutritionnel, sanitaire et médical extrême. Ils espéraient notre 
protection immédiate", dit le texte.  
    "Certains éléments des forces spéciales françaises ayant 
pour mandat exprès de faire cesser les massacres étaient 
stationnés à environ cinq kilomètres à vol d'oiseau de la scène 
de crimes et disposaient d'informations, de moyens 
d'observations, de moyens de communication et des moyens 
matériels qui auraient dû permettre une intervention immédiate 
et salvatrice. Tel n'a pas été le cas", écrivent les 
associations. 
    Selon elles, les massacres dureront jusqu'au 30 juin, date à 
laquelle l'armée française découvrira les cadavres et les 
survivants dans des conditions qui restent à éclaircir. 
    "Surtout, des militaires entendus dans la procédure font 
valoir que c'est en désobéissant aux ordres et en se rendant de 
leur propre initiative dans ces collines qu'ils ont pu sauver 
les derniers survivants", ajoutent-elles. 
    Au-delà des mises en examen demandées, les associations 
souhaitent que la poursuite de l'instruction permette "de mieux 
comprendre la chaîne des responsabilités militaires et 
politiques".  
 
 (Gérard Bon, édité par Yves Clarisse) 
 

Les Risques en Bourse

Fermer

Note d'information importante

Chère Cliente, Cher Client,

Nous souhaitons vous donner quelques règles à suivre pour investir dans les meilleures conditions et vous présenter les risques potentiels auxquels vous êtes susceptibles d'être exposés.

Vos connaissances, Votre profil d'investisseur
Tout d'abord évaluez vos connaissances boursières et financières et formez-vous en consultant le Guide de l'Investisseur, véritable introduction à la bourse et à l'épargne qui est disponible sur votre site Boursorama Banque sous la rubrique «Aide/Formation».
Définissez ensuite votre profil d'investisseur (prudent, équilibré, dynamique) et vos objectifs (durée de placement, rentabilité …). Ce constat vous permettra de vous orienter vers les produits et les marchés qui vous sont le mieux adaptés.

Pensez à vos besoins de liquidité
Adaptez votre durée de placement (1 mois, 1 an, 5 ans, …) à vos besoins de liquidités (projets, impôts …) et en tout état de cause, n'investissez pas en Bourse une partie trop importante de votre patrimoine.

La composition de votre portefeuille
Etudiez la composition de votre portefeuille : diversifiez vos placements afin de réduire au maximum le risque inhérent à un support ou à un secteur en particulier et n'investissez pas dans les produits optionnels (warrants, certificats), fortement risqués, si votre portefeuille n'est pas suffisamment important.

Connaître la vie des Sociétés
Renseignez-vous sur la société au sein de laquelle vous envisagez d'investir (actualités, santé financière, opérations à venir, …).

Agir en connaissance de cause
Soyez conscient des risques auxquels vous êtes exposés : de fait, si certains produits (actions volatiles, warrants, certificats, future…) ou certains modes d'investissement (Service de Règlement Différé) augmentent les espérances de gain, ils accroissent aussi fortement le risque de perte (totale). Ainsi, une connaissance technique préalable approfondie est requise, c'est pourquoi nous conseillons aux néophytes de s'écarter de ce type de produits.

Des risques différents selon les marchés
Prenez connaissance des caractéristiques des marchés sur lesquels vous allez investir : vous êtes confrontés à un risque variable (liquidité, volatilité, niveau d'information, change…) selon les marchés sur lesquels vous décidez d'intervenir (Premier Marché, Second Marché, Nouveau marché, Marché Libre, Marché étranger…).

Figez vos pertes
Enfin, la règle d'or à retenir est de savoir figer ses pertes : à vous de définir le montant de perte acceptable dès le début et une fois ce niveau atteint agissez en conséquence.

En appliquant ces quelques règles de bonnes conduite vous serez à même de mieux appréhender votre risque lorsque vous allez investir sur les Marchés

Un ensemble de cours complets sur la Bourse est également mis à votre disposition gratuitement et que vous pouvez retrouver sur votre site Boursorama Banque dans la rubrique «Aide/Formation». Si des questions resteraient en suspend, n'hésitez pas à contacter votre agence qui est à votre disposition.

Cordialement,
L'équipe de Boursorama Banque.